Mali: IBK s'exprime pour la première fois sur sa possible candidature en 2018

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta (photo d'archives).
© Pierre Rene-Worms/RFI

Le président américain Donald Trump a réuni en Arabie saoudite une cinquantaine de représentants de pays musulmans dont Alassane Ouattara, Macky Sall et Ibrahim Boubacar Keita. Donald Trump a appelé ces pays à lutter avec détermination contre « l'extrémisme islamiste ». En marge de cette rencontre, la chaine de TV Al-Jazeera s'est entretenue avec Ibrahim Boubacar Keïta. A la question: « serez-vous candidat à votre succession en juillet 2018 ? », le président malien a répondu : «Inch'Allah».

« En tant que croyant, je m’en remettrai à Allah, affirme le président malien Ibrahim Boubacar Keïta. Je ne suis que l’humble instrument de sa volonté ». Pour la première fois, IBK s’est exprimé sur sa candidature en 2018.

L'opposition ne s’en émeut pas. « Ça fait sourire parce que c’est une réponse classique de notre président. Il dit souvent "Inch’Allah" et presque à tout propos, constate Soumaila Cissé, le chef de file de l’opposition. Maintenant, c’est une décision qui lui appartient, à lui, à ses amis, à sa famille et à son camp. Il prendra sa décision le moment venu. Il fallait à ce niveau-là, au niveau d’un président, une réponse beaucoup plus claire et beaucoup plus engagée, à mon avis ».

Pour l'ancien ministre d'Alpha Konaré et d'IBK , Ousmane Sy, le président peut tout à fait faire un deuxième mandat mais ce choix reviendra avant tout au peuple malien. « Il a raison de dire "Inch’Allah" parce que ça m’étonnerait que lui-même, il n’ait pas envie d’y aller, explique-t-il. Maintenant c’est aux Maliens de juger s’il mérite un deuxième mandat ou s’il ne le mérite pas. D’ici là, il y a plein de choses qui peuvent se passer. Tout le monde connaît la situation du Mali, elle est extrêmement difficile et les choses n’ont pas l’air de s’arranger ».

Seule certitude, l'actuel hôte du Palais de Koulouba est encore là pour une année.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.