Affaire Adja Divine au Burkina: une marche contre les violences

Des centaines de personnes ont défilé samedi 27 mai à Ouagadougou pour dire «non» aux violences faites aux femmes, après le lynchage de la chanteuse Adja Divine.
© Ahmed OUOBA / AFP

Au Burkina Faso, plusieurs centaines de personnes étaient dans les rues samedi 27 mai à l'appel de l'Association burkinabè des femmes artistes et musiciennes. Les manifestantes protestaient contre le lynchage, mardi dernier, de l'artiste Adja Divine, accusée de vol d'enfants alors qu'il n'en était rien. Les manifestants demandent que la lumière soit faite sur cette agression et les autres cas de violations des droits des femmes.

« Plus jamais ça ! Plus jamais ça ! » Les artistes étaient à la tête de la marche pour dénoncer l'agression de leur homologue Adja Divine et dire « non » à la justice populaire. « Nous voudrions que désormais les lynchages publics et toutes ces violences que nous vivons depuis un certain temps, vraiment puissent s’arrêter définitivement », exhorte Amity Meria, présidente de l'Association burkinabè des femmes artistes et musiciennes.

Pour Martine Yabré, secrétaire générale de la coalition burkinabè Femme paix et sécurité, le Burkina Faso ne pourra pas se développer dans l'incivisme, le désordre et la haine. « Il n’appartient pas au peuple de rendre justice, quel que soit le motif. Nous nous insurgeons contre cet état de fait. Ce n’est pas une question de femmes, c’est une question de droits humains. Franchement, on souhaiterait qu’on puisse vraiment dépasser un certain nombre de comportements et devenir plus humains les uns avec les autres », explique-t-elle.

Et le musicien Bamos Théo insiste : « Il faut que les Burkinabè changent de comportement en se tournant désormais vers la justice ».

Les manifestants se disent déterminés à lutter pour l'élucidation de tous les dossiers de violations flagrantes des droits de la femme

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.