Republier
RFI médias

Disparition de Jean-Karim Fall: les réactions de ses confrères et amis

Jean-Karim Fall, sur le plateau de France 24 le 26 mai dernier.
© France 24

Le journaliste franco-sénégalais Jean-Karim Fall, grand spécialiste de l'Afrique, est décédé brutalement vendredi 26 mai 2017 à l'âge de 59 ans, alors qu'il couvrait le sommet du G7 à Taormina, en Sicile. Rédacteur en chef et chroniqueur à France 24 depuis 2012, il était une voix familière des auditeurs de RFI, sa maison de 1984 à 2012. Jean-Karim avait notamment été notre correspondant à Abidjan et Libreville, avant de diriger notre service Afrique et d'être l'un des rédacteurs en chef de la « radio du monde ». Ceux qui l'ont cotoyé et l'appelaient « tonton » lui rendent hommage.

• Laurent Correau, rédacteur en chef du service Afrique de RFI

« Je crois que Jean-Karim Fall a transmis à toute une génération de journalistes, dont je fais partie, un vrai sens de la rigueur dans la vérification de l’information ; cette idée qu’il fallait à tout prix que les informations circulant sur RFI soient des informations vérifiées. Et je crois qu’il nous a tous transmis ce grand amour de l’auditeur africain qui est vraiment au cœur de l’identité de RFI, cet auditeur à qui il faut fournir une information de grande qualité, une information exigeante. »

• Laurent Chaffard, chef du service Afrique de RFI

« Moi, ce que je retiens surtout de lui, au-delà du connaisseur de la matière et de l’excellent journaliste, c’est quelqu’un qui savait gérer une équipe, et ça c’est important. On peut être un très bon connaisseur et ne pas savoir gérer une équipe ou l’inverse. Il avait contribué à professionnaliser ce service, notamment en mettant au point une organisation, que ce soit à Paris ou sur le terrain, qui donnait de la crédibilité à cette antenne et au travail de RFI. »

• Pauline Simonet, présentatrice du journal Afrique sur France 24

« Il est venu me parler, il m'a demandé deux-trois choses sur mon profil, sur mes origines. Je lui ai dit que j'étais originaire du Rwanda. On est métis tous les deux, donc il y a tout de suite un lien qui s'est créé, et il m'a dit immédiatement, sans me connaître : " Il faut que tu partes là-bas, ne végète pas ici à Paris, ne reste pas travailler à la rédaction, il faut que tu repartes là-bas, ça te fera du bien personnellement et professionnellement. " Je lui ai dit que je n'avais encore aucune expérience en tant que journaliste. " Est-ce que je vais être à la hauteur ? " Et il m'a dit qu'il serait de toute façon là pour m'épauler. Il était chef du service Afrique de RFI à cette époque-là. Et effectivement, c'était quelqu'un qui ne vous laissait jamais seule désarmée sur le terrain. »

• Bernard Nageotte, ancien correspondant de RFI au Gabon et longtemps présentateur d’Afrique Soir

« Je m'associe bien sûr à tous les hommages envoyés à RFI. Je n'arrive pas à réaliser cette disparition si brusque, et qui s'ajoute à tant d'autres ces dernières années, si douloureuses pour RFI.... Mais ce que je réalise aujourd’hui, c'est combien "JKF" aura compté pour moi comme pour beaucoup d'autres journalistes et combien la radio lui est redevable. Chapeau pour sa connaissance des dossiers et du terrain, pour sa rigueur et son engagement au jour le jour au service d'une information riche et équilibrée et chapeau pour sa vision globale de la mission de RFI. Il a toujours travaillé avec talent et courage. Je garderai toujours l'image de son large sourire et de ses yeux pétillants. Merci pour tout "JKF", et encore bravo. »

• Sarah Sakho, correspondante de France 24 à Dakar

« Jean-Karim, c'est quelqu'un que j'appelais " tonton ", pour dire le genre de relation que nous, les jeunes correspondants, avions avec lui en arrivant à RFI... C'était quelqu'un d'attentif, de très intelligent, il prenait toujours le temps - même quand il était en congé par exemple - de répondre à un coup de fil un peu paniqué pour aider à reformuler les questions d'une interviews importante, ré-angler un sujet, etc. C'était quelqu'un de toujours disponible. »

• David Baché, grand reporter au service Afrique de RFI

« Ce qui me restera toujours de lui, c’est à la fois sa connaissance du continent et sa capacité à motiver ses troupes. Je me souviens, par exemple, d’avoir eu un jour à faire le portrait d’un chef rebelle, un Congolais. Et très franchement, je connaissais son parcours, mais pas beaucoup plus. Jean-Karim, dès la conférence de rédaction du matin, avait su me raconter des anecdotes précises et personnelles qui avaient intéressé tout le monde et qui avaient fini par nourrir mon papier. Et puis, Jean-Karim était toujours encourageant avec nous. Moi, je me souviens d’être resté très tard un soir à la rédaction pour interviewer un homme politique important, une interview assez délicate. J’étais très jeune. Eh bien, Jean-Karim, il était resté avec moi. Alors, sans doute était-il resté pour s’assurer que le boulot serait bien fait, mais aussi pour me soutenir ! Quand je suis sorti du studio, il était venu me féliciter. Je m’en souviens encore. »

• Robert Minangoy, responsable de RFI en swahili

« Jean-Karim s'était vraiment démené pour sauver un confrère, qui était dans de grosses difficultés, il était incarcéré. Jean-Karim avait fait la tournée de tous les centres de décision qui pouvaient peut-être éclaircir le cas Hassan Ruvakuki, et il était venu apporter son témoignage lors du procès d'Hassan Ruvakuki. C'était à Gitega, à l'intérieur du Burundi. »

• Marie-Pierre Olphand, grand reporter au service Afrique

« C’était l'un des chefs que l’on a eus à RFI pendant plusieurs années, et c’est quelqu’un qui, surtout, avait beaucoup de charisme. Quelqu’un que tout le monde respectait dans la rédaction. C’était surtout quelqu’un qui nous donnait envie de travailler. C’est quelqu’un pour qui on avait envie de bien travailler quand il nous proposait de partir en mission, quand il nous demandait tout simplement de faire un papier. On avait envie de faire plaisir à Jean-Karim parce qu’il avait ce qu’on appelle " la gniaque ", tout simplement. »

• Béatrice Leveillé, grand reporter au service Monde de RFI

« C’est un des journalistes qui a créé, construit, bâti RFI. Moi, je l’ai connu il y a 30 ans, j’étais une toute jeune journaliste, je faisais mes premières missions, à Addis-Abeba en Ethiopie par exemple, c’était un sommet de l’OUA. Je représentais le Monitoring, il était là pour le service Afrique. Pour moi, c’était déjà un grand reporter, un journaliste confirmé. Il était tout jeune, en fait. Et on a travaillé ensemble pendant 10 jours comme des fous pour couvrir cet événement. J’ai appris beaucoup grâce à lui. »

• Pierre Guérin, assistant d'édition au sein de la rédaction de RFI

« Un souvenir de Jean-Karim Fall, d’un grand journaliste, d’un grand connaisseur de l’actualité africaine... Il m’avait beaucoup appris quand je suis arrivé au poste d’assistant d’édition à la rédaction Afrique fin 2007. Il avait souhaité que RFI retourne en Côte d’Ivoire après une période tumultueuse, compliquée et triste, douloureuse pour notre radio. Et c’est précisément au moment de la crise post-électorale ivoirienne, début 2011, que j’ai pu voir combien il était précieux de l’avoir à ses côtés, de travailler avec lui. Il y avait des moments de tension liées à l’actualité forcément, mais il restait très flegmatique, il nous rassurait beaucoup, il rassurait aussi beaucoup les présentateurs. Quand l’actualité s’emballait un peu, il trouvait les bonnes phrases, il nous accompagnait vraiment dans notre travail. Ce que j’avais remarqué à cette époque, c’est qu’il savait parfaitement anticiper ce qui allait se passer, l’évolution de la situation après l’élection d’Alassane Ouattara. Il savait qu’il y aurait des points de la Constitution que Laurent Gbagbo contesterait, il savait que Laurent Gbagbo s’accrocherait au pouvoir. »

Edition spéciale du 27 mai - les amis de Jean-Karim Fall témoignent
27-05-2017 - Par RFI

• Yves-Laurent Goma, correspondant de RFI à Libreville

« Moi, quand je suis rentré à RFI, j’avoue que mes relations avec Jean-Karim Fall n’avaient jamais été bonnes, parce que Jean-Karim Fall, c’était ce professionnel, ce chef à Paris qui était assez exigeant, sinon très exigeant en terme de qualité ! Nos relations par contre se sont améliorées grâce au séminaire organisé par RFI à l’intention de tous ses correspondants, et là je suis parti avec la détermination de convaincre Jean-Karim Fall. Il a donné des exercices, on a fait les exercices et il a dit : " Le meilleur exercice, c’est celui de Yves-Laurent. " Je vous assure que ce jour-là, mon cœur s’était illuminé parce que je me disais : " Voilà un professionnel que je n’avais jamais réussi à convaincre et pour la première fois, sur la base d’un exercice, je l’ai convaincu alors je dois continuer. " »

• Moussa Kaka, correspondant de RFI au Niger

« C’est une grande perte pour moi. Je garde vraiment de très bons souvenirs de l’époque où il était rédacteur en chef du service Afrique. Vraiment, c’est quelqu’un qui a beaucoup d’amis en Afrique et qui connaît bien les sujets africains. C’était le vrai chef, quoi. Quand vous discutez, il vous écoute d’abord. Il vous écoute et puis il vous oriente. Et quand vous rendez le travail, vraiment, si c’est parfait, il vous appelle directement et vous dit : " Moussa, tu as fait un bon travail. Ça c’est du bon boulot. " Et surtout, quand j’avais eu mes pépins avec le régime de Tandja, Jean-Karim Fall et d’autres personnes de RFI étaient les chevilles ouvrières du principal soutien que j’avais de par le monde. Jean-Karim Fall a très vite cru en mon histoire, à ce pourquoi j’ai été arrêté, et s’est battu jusqu’à ma libération. »

• Ibrahim Koné, médiateur à la RTI, la Radio et télévision ivoirienne

« Jean-Karim était… Il avait " une allure bonhomme ", il était gentil, rigoureux. Tempérance et rigueur se conjuguaient admirablement. Et j’ai trouvé ça formidable, je crois que ce sont les qualités d’un grand journaliste. Jean-Karim a été l’un des pionniers du dialogue utile, de la compréhension entre les journalistes locaux et ceux qu’on appelait les journalistes correspondants étrangers. Parce qu’on ne comprenait pas très bien que, pendant ces heures chaudes en Côte d’Ivoire, on mette de l’huile sur le feu. Lui, il nous aidait, au contraire, à faire comprendre aux autres qu’on pouvait faire du bon journalisme sans mettre de l’huile sur le feu. Je pense que c’était un grand ami qui vient de partir. »

• Saleh Kebzabo, opposant tchadien

« Jean-Karim et moi, on se connaît maintenant depuis plus de vingt ans. Il avait l’habitude de venir ici au début de l’ère démocratique. Il est venu, il a même couvert l’élection présidentielle de 1996. Nous nous sommes fait à l’époque d’ailleurs beaucoup de confidences sur cette élection plus que controversée. Jean-Karim était quelqu’un de très attachant. Sérieux dans le travail - je peux même dire rigoureux -, un journaliste vraiment professionnel comme on les aime. C’est comme ça qu’il est passé d’ailleurs de la radio à la télé, avec toujours le même talent. On le suivait. On l’a encore récemment suivi sur la chaîne France 24. Il a toujours fait preuve de professionnalisme et de rigueur dans ses couvertures. Donc, vraiment, pour moi c’est un choc. C’est un choc, surtout vu les circonstances dans lesquelles il est mort. Il est mort au travail, il est mort en reportage. Il a donc fait son boulot. Il adorait son métier jusqu’à la dernière minute. C’était vraiment un grand connaisseur de l’Afrique que nous perdons. C’est réellement une perte pour l’Afrique. »

• Ablassé Ouédraogo, ancien ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso

« Depuis 1994, quand je prenais mes fonctions de ministre des Affaires étrangères, ma vie professionnelle m’a permis de rester en contact avec lui. Et chaque fois que j’étais de passage à Paris, je faisais tout pour serrer la main de Jean-Karim Fall. Jean-Karim Fall est un frère. Et je peux vous certifier que Jean-Karim Fall et son compère Christophe Boisbouvier ont aidé à l’épanouissement de la diplomatie de notre pays. C’est un grand Monsieur, un professionnel, avec qui je partageais beaucoup de choses. C’est un Monsieur qui était très, très prudent, qui va à la source de l’information. Jean-Karim ne diffuse jamais une information qu’il n’a pas mis le soin de vérifier. C'est un monument en matière de journalisme. »

• Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso et ancien correspondant de RFI

« On était dans des démarches pour un recrutement, c’était en 1997. Il m’appelait de temps en temps, on discutait de sujets sur l’Afrique et de ses connaissances sur chacun des pays africains. Et puis, quand j’ai commencé à travailler, le fait de montrer que tel sujet, il faut le prendre de telle manière, sur les différents angles qu’il faut privilégier... sur ce plan-là, c’était vraiment un grand journaliste. Non seulement quand il travaillait pour lui-même, mais aussi pour les autres. C’est quelqu’un pour qui j’ai eu un grand respect. La dernière fois où je l’ai vu, c’était à Addis-Abeba, au sommet de l’Union africaine, fin janvier-début févier. Et même devenu ministre, toutes les fois que je le voyais, même quand j’étais sur un tapis rouge, je sortais du tapis rouge pour aller lui dire bonjour, parce qu’on avait gardé une grande amitié entre nous et je dirais même une fraternité. Il n’y a pas longtemps, je le voyais à la télé. Je l’ai montré à une amie et j’ai dit : " C’est lui qui m’a recruté. " Je le disais fièrement, et là j’apprends sa mort. C’est une grosse perte et j’en suis vraiment affligé. »

• Ally Coulibaly, ministre de l'Intégration africaine et des Ivoiriens de l'extérieur, ancien directeur de la RTI, la radio et télévision ivoirienne

« Ah ! Vraiment, j’avoue qu’il appartient à la lignée des très grands professionnels. J’avais beaucoup d’admiration pour lui. C’était un journaliste talentueux qui avait une haute compréhension des problèmes africains et qui savait les décrypter. J’appréciais ses analyses. La recherche de la vérité était son principal moteur et l’objectivité qu’il recherchait en permanence. Et cela m’impressionnait. Voilà. C’est terrible. Après Ghislaine Dupont, mon cœur recommence à saigner. »

• Ruben Lukumbuka, journaliste à RFI en swahili

« J'ai appris avec un immense chagrin la mort de Jean-Karim Fall. Je l'ai bien connu lors de son passage ici à RFI Kiswahili. La dernière fois, c'était en 2013 si je ne me trompe pas. Il était avec Mme Saragosse et Jean-Marc Belchi. Dans un bref entretien, je m'en souviens, après avoir appris que je venais de RDC, que j'étais un Congolais de l'Est, nous avions échangé sur la situation générale de mon pays. Mais par la suite, il me dira que le secret pour devenir un bon journaliste dans de tels pays, pour travailler dans des pays en conflit comme la RDC, mon pays, c'est de rester simple, d'avoir de l'endurance, le sens des responsabilités, et beaucoup de stratégie. Nous perdons une personne très importante, que son âme repose en paix. »

• Mohamed Bazoum, ministre nigérien de l'Intérieur

« Il a passé une partie de sa jeunesse au Niger. Bien des Nigériens de son âge le connaissent. Et en cela, il a été quelqu’un qui est resté très attaché au Niger. Il me l’a souvent répété, à chaque fois que nous nous sommes vus. Et c’était un homme très affable, très courtois, tout le monde l’a dit. Pas seulement pour lui rendre hommage ; parce que c’était la réalité. Et il connaissait l’Afrique de l’intérieur, à travers notamment les ressorts psychologiques des acteurs politiques qu’il fréquentait, j'allais dire. C’était, à mon avis, son avantage. Nous sommes chagrinés, nous sommes très chagrinés. Nous avons perdu une figure quasi-institutionnelle des sommets de l’Union africaine. A chaque fois que nous fûmes à Addis-Abeba, nous sommes passés par Jean-Karim Fall, presque tous les jours. Et c’est ça que je garde comme souvenir. Il nous manquera, vraiment. »
 

Condoléances de responsables politiques africains

Sur France 24, le président du Niger Mahamadou Issoufou a fait part de sa tristesse et de sa consternation : « Je dois dire que d’abord, à l’annonce de la disparition subite de Jean-Karim Fall, nous avons été consternés ici en Sicile, d’autant plus consternés qu’il était prévu que je m’entretienne avec lui ce matin sur les conclusions du sommet du G7. Jean-Karim Fall, c’est quelqu’un que je connais depuis des années. Jean-Karim était dans le même lycée que moi à Niamey, le Lycée national du Niger. A l’époque, il était en 5e, moi j’étais en terminale. Je garde le souvenir d’un grand professionnel, de quelqu’un qui a toujours donné l’information qu’il faut sur l’Afrique, sur la situation de nos pays. Une information objective, une information rigoureuse, sans travestir les réalités africaines. »

Parmi les messages de condoléances qui nous sont parvenus, l’ancien président sénégalais Abdou Diouf présente « ses condoléances attristées à sa famille et aux rédactions de RFI et de France 24 ». L’actuel président sénégalais Macky Sall qualifie la mort brutale de notre confrère de « désastre ». L'ancien Premier ministre et chef de file de l'opposition guinéenne Cellou Dalein Diallo salue quant à lui « le courage, la rigueur et le professionnalisme » de Jean-Karim Fall. Au Gabon, Jean Ping salue également sa mémoire. Sur Twitter, le président de la Commission de l'Union africaine, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, écrit que « la nouvelle de la disparition de Jean-Karim Fall nous rend orphelins d'un fils digne du continent ».

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a lui aussi rendu hommage à notre confrère sur Twitter et dans un courrier adressé à la présidente du groupe France Médias Monde, saluant « un frère, un ami de la Côte d'Ivoire » et « un grand professionnel ». Autre personnalité très émue, l'ancien Premier ministre togolais Joseph Kokou Koffigoh. Sur la page Facebook de notre correspondant Peter Dogbe, il se souvient des reportages de Jean-Karim datant du mois de décembre 1991, quand la Primature avait été attaquée. « En apprenant ta mort, écrit Joseph Koffigoh, je ne peux pas me taire sur le bien que tu nous as fait en ces temps de braise ».

Communiqué de la présidence de la République française

Le voyage présidentiel effectué dans le cadre du G7 à Taormina en Sicile a été endeuillé ce jour par le décès brutal du journaliste Jean-Karim Fall, qui suivait ce déplacement pour France 24. Professionnel reconnu, Jean-Karim Fall était un fin connaisseur de la scène internationale et une voix appréciée des téléspectateurs. Le président de la République adresse ses sincères condoléances à la famille et aux proches du défunt ainsi qu’à tous ses collègues de France Médias Monde.

« Jean-Karim Fall, si tu peux encore nous entendre… », par Jean-Baptiste Placca

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.