Madagascar: les enlèvements à l'encontre des investisseurs nuisent aux affaires

Vue d'Antananarivo, le 4 mai 2016.
© Jabin Botsford/The Washington Post via Getty Images

A Madagascar, deux semaines après l'enlèvement d'un Français d'origine indienne, l'enquête de la police malgache peine à avancer. Le 14 mai dernier, le fils d'une richissime famille d'industriels franco-malgaches d'origine indienne a été kidnappé à la sortie du cimetière par une dizaine de malfaiteurs lourdement armés. Une enquête a été ouverte par la police malgache, mais la famille n'a pas porté plainte. Il s'agit du quatrième enlèvement de Français depuis le début de l'année. Cette semaine, le syndicat des industries de Madagascar a interpellé les autorités face à ces enlèvements répétés à l'encontre des investisseurs, qui sont souvent des Français d'origine indienne. Une situation qui nuit au climat des affaires et des investissements dans le pays.

« Les ravisseurs ont contacté les parents de Yanish Ismaël. Ils ont reçu des signes de vie de leur fils la semaine dernière. » C'est ce qu'indique le directeur exécutif du Collectif des Français d'origine indienne de Madagascar, Jean-Michel Frachet.

Pas de détails sur le montant d'une éventuelle demande de rançon, mais à chaque fois, c'est bien le but de ces enlèvements qui touchent régulièrement cette communauté.

Une communauté connue pour être très active dans l'économie du pays. Yanish Ismaël, 26 ans, est le fils de l'investisseur Danil Ismaël, patron de la Société malgache de transformation de plastiques.

Et justement, cette fois-ci, c'est le syndicat des industries de Madagascar qui hausse le ton. « Les opérateurs, investisseurs et industriels à Madagascar sont devenus les cibles favorites des criminels experts en quête d'argent facile », dénonce-t-il dans un communiqué.

Une situation loin d'être favorable pour le climat des affaires. Les industriels font appel aux autorités pour mettre un terme à « ces actes mafieux économiques ». Un appel que semble avoir entendu le Premier ministre malgache.

Olivier Mahafaly a demandé que « des investigations minutieuses soient menées pour démanteler les réseaux qui se cachent derrière ces séries d'enlèvements ». Pour l'heure, la police malgache ne dispose d'aucune piste concrète.