Republier
Maroc

Maroc: Nasser Zefzafi, le leader de la contestation du Rif, a été arrêté

Le leader du mouvement de protestation Nasser Zefzafi lors d'une manifestation à Al Hoceïma le 18 mai 2017, sept mois après le mort d'un vendeur de poisson.
© REUTERS/Youssef Boudlal

Le nord du Maroc est secoué depuis six mois par une forte contestation après la mort d'un vendeur de poisson. Dans cette région du Rif, les habitants réclament davantage de soutien de l'Etat. Plusieurs manifestations ont eu lieu ces derniers jours, notamment dans la ville d’Al Hoceïma. Et ce lundi 29 mai, le leader de la contestation, Nasser Zefzafi, qui était recherché depuis vendredi, a été arrêté.

Depuis plusieurs mois, Nasser Zefzafi était devenu le visage de la contestation à Al Hoceïma, baptisée « Hirak », « la mouvance » en arabe. Ce chômeur de 39 ans s'était fait connaître notamment pour ses propos vindicatifs sur les réseaux sociaux. Il dénonçait tour à tour le pouvoir, la corruption, la répression ou encore l'Etat policier.

Vendredi matin, Nasser Zefzafi avait interrompu le prêche d'un imam dans une mosquée d'Al Hoceïma, en le traitant de menteur. Un mandat d'arrêt avait alors été lancé contre lui pour avoir insulté l'imam, prononcé un discours provocateur et semé le trouble. Il avait ensuite échappé à une tentative d'arrestation et était activement recherché.

On l'a vu ensuite dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, sur le toit de sa maison, en criant qu'il n'avait pas peur, en provoquant les forces de l'ordre, en disant que si on l'interpellait, il ferait une grève de la faim. Il a finalement été interpellé avec d'autres personnes, dit le procureur du roi à Al Hoceïma, ajoutant que le groupe ferait l'objet d'une enquête notamment pour « atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat ».

Manifestations dans plusieurs villes du pays

Cette affaire n'a pas contribué à calmer la situation. Des manifestations en solidarité avec Al Hoceïma ont éclaté dans différentes villes du nord. Ce dimanche, selon l'Association marocaine des droits de l'homme, des rassemblements ont encore eu lieu à Rabat, Casablanca, Nador ou encore Tanger. « Les gens réclament leur droit légitime, mais l'Etat répond avec la répression. C'est très grave », confie un membre de l'association.

Officiellement, 22 personnes ont été arrêtées ces trois derniers jours. D'après l'organisation, on dépasserait la cinquantaine avec 33 déférés ce lundi matin à Al Hoceïma, 22 transférés à Casablanca, et d'autres arrêtés à Imzouren et Bni Bouayach. « Cela va encore augmenter le sentiment de marginalisation de cette région », craint un membre de l'AMDH.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.