RDC: la majorité présidentielle réagit aux sanctions décidées par l'UE

Aubin Minaku, président de l'Assemblée nationale en RDC et secrétaire général de la majorité présidentielle.
© RFI/Habibou Bangré

Deux jours après l'annonce des sanctions de l'Union européenne contre neuf personnalité de RDC, la majorité présidentielle congolaise a réagi par le biais de son secrétaire général, Aubin Minaku, qui est également le président de l'Assemblée nationale. Il s'interroge sur ces sanctions décidées, selon lui, sans enquête réelle et sans preuves.

L’Union européenne a décidé, lundi 29 mai, d’infliger des sanctions individuelles à neuf responsables de l’appareil sécuritaire de République démocratique du Congo (RDC) pour de « graves violations des droits de l’homme ». Parmi eux, trois ministres ou anciens ministres du régime Kabila. Ces sanctions consistent en un gel de leurs avoirs et une interdiction de voyager dans l'Union. Selon le secrétaire général de la majorité présidentielle et président de l'Assemblée nationale, Aubin Minaku, il s'agit de sanctions décidées sans rélle enquête et sans preuves.

Aubin Minaku, secrétaire général de la majorité présidentielle congolaise et présient de l'Assemblée nationale
31-05-2017 - Par Kamanda Wa Kamanda

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.