Le Soudan interdit l'importation de tous les produits agricoles venus d'Egypte

Khartoum accuse notamment Le Caire d'armer des rebelles pour renverser le président el-Béchir
© Getty Images/ Robert Caputo

Le gouvernement soudanais a décrété mardi 30 mai un embargo sur tous les produits agricoles venus d'Egypte, qu'ils soient réexportés depuis ce pays ou qu’ils y soient produits. En mars dernier un premier embargo ne concernait que les produits égyptiens. Ce nouveau tour de vis traduit la tension qui existe actuellement entre les deux pays qui s'opposent sur plusieurs sujets d'importance. Khartoum accuse Le Caire d'armer des rebelles pour renverser le président el-Béchir tandis que le différend frontalier entre les deux pays empoisonne les relations bilatérales.

Elle est bien loin cette visite du 5 octobre dernier au Caire où le président Omar el-Béchir signait en grandes pompes avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi 17 accords commerciaux. Désormais, l'heure est à la fermeture des frontières. Plus aucun produit agricole venu d'Egypte n'entre au Soudan. Que ce soit les fruits et légumes ou encore le bétail.

Le Caire, qui vend chaque année pour 400 millions de dollars de produits agricoles au Soudan devra donc trouver un autre débouché pour ses marchandises.

Le Saoudien Savola, lui, a pu trouver la solution. Le sucre brésilien qu'il raffine en Egypte pour le marché soudanais transite désormais par un pays tiers.

Tensions multiples

Cette rupture des relations commerciales agricoles est la conséquence d'une série de tensions. La question frontalière d'abord, qui empoisonne les relations bilatérales depuis 1991. Les deux pays revendiquent une zone de 20 000 kilomètres carrés sur la mer Rouge, le triangle Hala'ib. Et depuis février dernier Khartoum menace de porter l'affaire devant les instances onusiennes.

Pour couronner le tout, Khartoum accuse Le Caire d'armer les rebelles qui mènent actuellement des offensives dans le Darfour. Et dit avoir saisi sur place du matériel militaire égyptien. Le Caire a démenti avoir fourni un tel appui aux groupes armés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.