Tunisie: Youssef Chahed déterminé à mener la «guerre» contre la corruption

Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed le 8 novembre 2016 à Tunis.
© FETHI BELAID / AFP

Dans une longue interview ce dimanche 4 juin, le Premier ministre tunisien Youssef Chahed affirme qu'il ira au bout de ce qu'il appelle la « guerre » contre la corruption, alors qu'une dizaine d'hommes d'affaires et de fonctionnaires ont été arrêtés.

La Tunisie est suspendue depuis une quinzaine de jours à des arrestations d'hommes d'affaires et de fonctionnaires soupçonnés de corruption ou d'être impliqués dans des affaires de contrebande. Au total, une dizaine d'hommes ont été arrêtés en vertu d'un texte qui régit l'état d'urgence. Mais au sommet de l'Etat, le silence était presque total. Youssef Chahed, le Premier ministre tunisien, n'avait fait qu'une très courte déclaration sur le sujet. Il a enfin donné ce dimanche une interview en longueur à deux quotidiens nationaux.

Dans cette interview, Youssef Chahed adopte une posture martiale : « Notre but est de mettre en pièces la corruption » dit-il. Le Premier ministre fait même plusieurs fois le parallèle avec la lutte contre le terrorisme. Selon lui, les arrestations de ces deux dernières semaines font partie d'une politique menée depuis le sommet de l'Etat, et non d'une opération ponctuelle. Sans préciser la liste des personnes arrêtées, ni leur lieu de détention ou les charges précises qui pèsent contre elles, Youssef Chahed affirme que des enquêtes étaient en cours depuis des mois. « J'y présidais et nous avons travaillé en totale discrétion », affirme-t-il.

Quant aux réserves exprimées par plusieurs ONG sur l'usage de l'état d'urgence et de la justice militaire pour arrêter et poursuivre ces hommes d'affaires, le Premier ministre se justifie : « A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles ». Il affirme qu'une loi anti-corruption est en préparation, tout comme des mesures pour numériser les procédures dans l'administration et les douanes. Parmi les personnes arrêtées figurent en effet un ancien douanier, ou encore un homme qui s'est fait connaître à cause de son business d'importation de bananes, avec un membre de la famille de l'ancien dictateur Ben Ali.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.