Maroc: Nasser Zefzafi, l'un des leaders du mouvement Hirak, incarcéré

Le leader du mouvement de protestation Nasser Zefzafi lors d'une manifestation à Al Hoceïma le 18 mai 2017.
© REUTERS/Youssef Boudlal

Les soirées se suivent et se ressemblent dans la ville d'Al Hoceima au Maroc capitale de la région du Rif, au Nord. Lundi soir, comme chaque soir depuis 10 jours, des manifestants sont descendus dans les rues pour réclamer la libération des leaders de la contestation. Cela fait 7 mois que ce mouvement, pour plus de développement dans la région, dure. Le porte-parole Nasser Zefzafi vient d'être incarcéré à Casablanca et lundi deux autres meneurs du mouvement ont été arrêtés.

Ramadan oblige, Nasser Zefzafi a comparu lundi en pleine nuit devant le parquet de la Cour d'appel de Casablanca, pour cette audience préliminaire. Il a été interrogé sur les motifs d'inculpation retenus contre lui : « velléités séparatistes », notamment, et « incitation à la haine envers les symboles de l'Etat ». L'un des avocats raconte que l'activiste a réfuté toutes ces accusations et qu'il a insisté sur le caractère pacifique et social des revendications des manifestants d'Al Hoceïma.

Selon cet avocat, Zefzafi a déclaré devant le procureur avoir subi des violences lors de son interpellation par la police judiciaire de Casablanca et annoncé sa volonté de poursuivre en justice les agents concernés. Les conseils de l'activiste ont d'ailleurs demandé une expertise.

A l'issue de l'audience, le leader du mouvement Hirak (la mouvance) a été placé en détention provisoire. De même que six autres militants du mouvement dont Nabil Ahamjik, considéré comme le numéro deux du Hirak, et Silya Ziani, une jeune femme, figure montante du mouvement.

Tous ont assuré avoir subi des mauvais traitements lors de leur arrestation. Mohamed Mezine, l'avocat de Zefzafi, le confirme et demande de placer les détenus en liberté provisoire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.