Côte d’Ivoire: la Banque mondiale octroie un crédit pour le développement urbain

Des dockers en train de charger la marchandise dans un bateau, au port de San Pedro en Côte d'Ivoire.
© © Communication.gouv.ci

La Banque mondiale va débloquer un crédit de 120 millions de dollars (60 milliards de francs CFA) en faveur de la Côte d'Ivoire pour financer différents projets d'infrastructure en faveur de deux villes principales du pays : San Pedro et Bouaké.

Tous les investissements et tous les fruits de la croissance ne peuvent pas être seuls captifs de la capitale économique Abidjan. La Banque mondiale a donc décidé d'accompagner l'émergence du pays en concentrant ses efforts financiers sur deux villes dites secondaires, même si elles sont deux des principaux pôles d'activité du pays, Bouaké et San Pedro.

« Je ne crois pas que notre projet soit la substitution de ce que le gouvernement n’a pas pu financer, parce que j’aimerais penser que le gouvernement est tout à fait conscient du besoin d’avoir des développements plus équilibrés dans le pays, assure Maiko Miyake, chef du projet à la Banque mondiale. Il y a donc un besoin de partager le développement d’Abidjan ailleurs. »

A San Pedro, ce projet d'infrastructures pour le développement urbain et la compétitivité des villes secondaires se traduira concrètement par l'amélioration des accès routiers au port et aéroport. Pour Bouaké, il consistera à élargir la route qui traverse la ville du sud au nord et à aménager un parking poids lourds pour éviter les engorgements et faciliter les transports. « Il y a la réalisation d’une zone dédiée à la transformation de l'anarcade [noix de cajou], explique Nicolas Djibo, maire de Bouaké. 25 hectares sont prévus en zone industrielle spécialisée pour les PME qui veulent s’installer à Bouaké. »

La Banque mondiale va débloquer 60 milliards de francs CFA en faveur de ces projets. Les premiers appels d'offres pourraient avoir lieu dans le courant de l'été pour un début des travaux début 2018.