Pêche illégale: des bateaux chinois interceptés au large du Sénégal

Le Kedougou, l'un des patrouilleurs de haute mer utilisés lors des missions de surveillance de la pêche au large des côtes sénégalaises.
© Crédit : CSRP

Sept chalutiers chinois sont depuis la nuit de jeudi à vendredi au port militaire de Dakar. Ces bateaux de 30 à 40 mètres ont été interceptés la nuit précédente plus tôt par la marine sénégalaise alors qu'ils pêchaient, sans autorisation, au large de la Casamance.

Désormais bloqués à quai, surveillés par des militaires, les sept chalutiers ont été arraisonnés en pleine nuit dans des conditions difficiles, explique le chef de corps du groupement naval Karim Mara. « Les chalutiers étaient en groupe, sans autorisation. Quand ils font ces opérations de pêche illégale, ils le font évidemment tous feux éteints. C’était assez compliqué », rapporte-t-il.

Les armateurs chinois sont préparés. Dès que la marine approche, les chalutiers coupent leurs filets et partent dans des directions différentes. Mais depuis 2014, le Sénégal a acheté des patrouilleurs de 45 mètres. Efficaces, explique le commandant du Kédougou, le capitaine Sougoufara. « Plus de vitesse, plus d’armement, plus de capacités de détection donc c’est des bateaux beaucoup plus performants », confirme-t-il.

Equipages sénégalais

Sur le quai, les équipages, en grande majorité des marins sénégalais attendent, observés de loin par les patrons chinois.

Des marins payés 6 000 francs CFA par jour (un peu plus de 9 euros), et qui n'attendent qu'une chose : reprendre la mer pour ramener de l'argent chez eux. « On est des pères de famille. Donc, ce qu’on souhaite, c’est continuer notre travail », explique l’un d’eux.

Une procédure judiciaire est en cours. Les marins chinois ont tenté de corrompre les militaires sénégalais, explique le capitaine Mara. « Ils ont essayé de soudoyer un peu l’équipage, mais bien sûr ça n’a pas marché. »

Les armateurs chinois devront normalement payer une amende pour que leurs chalutiers reprennent la mer.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.