RDC: l’ONU demande une enquête internationale sur la situation au Kasaï

Le prince Zeid, haut commissaire aux droits de l’homme de l'ONU.
© REUTERS/Denis Balibouse

En RDC, le haut commissaire aux droits de l’homme de l'ONU avait donné 48 heures à Kinshasa pour apporter des réponses appropriées sur les violences dans les Kasaï. L'ultimatum a désormais expiré et le prince Zeid demande donc l'ouverture d'une enquête internationale dans cette zone secouée depuis des mois par des violences entre les forces armées congolaises et les miliciens Kamuina Nsapu.

« La réponse du gouvernent congolais est à ce jour insuffisante. » C'est la conclusion du haut commissaire aux droits de l'homme après cette nouvelle demande aux autorités congolaises, faite il y a trois jours, de prendre des mesures pour que l'enquête sur les violences dans les Kasaï soit crédible et implique le bureau de l'ONU aux droits de l'homme.

Zeid Ra'ad Al Hussein rappelle aussi avoir demandé en mars, puis au début du mois de mai déjà, à Kinshasa, de faire mieux en termes de transparence, de crédibilité de leur enquête et de collaboration avec l'ONU. Sans succès. Kinshasa a bien demandé un « soutien technique » et les « conseils » du bureau des droits de l'homme de l'ONU, mais pour le prince Zeid, ce n'est pas suffisant pour garantir le sérieux et la qualité de l'enquête dans les Kasaï.

Pas de consensus onusien

Résultat, vues les réponses « systématiquement insuffisantes des autorités nationales », mais vues aussi « la gravité » et « l'ampleur » des violations des droits de l'homme dans les Kasaï, le haut commissaire Zeid estime désormais qu'il faut une enquête internationale pour compléter les efforts de la RDC. Une enquête qui porte aussi sur les 42 fosses communes découvertes par l'ONU dans la région, où les violences sont toujours en cours. Cette crise a fait près de 1,5 million de déplacés depuis août dernier.

Nous continuons de recevoir des allégations de violations graves des droits de l'homme, mais les contraintes de sécurité ont entravé les enquêtes, c'est pour ça qu'il est nécessaire qu'on ait une enquête internationale.

Ravina Shamdasani
10-06-2017 - Par Léa-Lisa Westerhoff

Cela ne veut toutefois pas dire qu'une équipe d'enquêteurs internationaux va se rendre en RDC. En réalité, cette demande d'enquête internationale est maintenant formellement soumise aux 47 pays membres du Conseil des droits de l'homme de l'ONU. C'est à eux de décider.

Pour cela, il faut que plus de la moitié, donc 24 Etats membres, soient d'accord pour qu'on envoie des enquêteurs internationaux. Or le sujet est loin de faire l'unanimité. Dans dix jours, la République démocratique du Congo doit venir présenter son point de vue sur la gestion de la crise dans les Kasaï. Le Conseil des droits de l'homme a ensuite jusqu'au 23 juin pour prendre une décision.

Mais déjà, les autorités congolaises affichent leurs réticences.

Nous sommes et demeurons un pays souverain. Nous avons une justice qui fonctionne, peut-être pas parfaitement, mais en tout cas nous avons une justice qui fonctionne. Notre position n'a pas changé : la justice congolaise garde la direction des enquêtes.

Marie-Ange Mushobekwa
10-06-2017 - Par Anne Cantener

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.