Sénégal: Khalifa Sall, incarcéré depuis 100 jours, prêt pour les législatives

Le maire de Dakar Khalifa Sall, ici en mars 2011.
© SEYLLOU / AFP

Au Sénégal, alors que le président Macky Sall rentre d'une tournée européenne à Bruxelles, Berlin et Paris où il a rencontré Emmanuel Macron, le maire de Dakar Khalifa Sall est en prison depuis précisément 100 jours. Et les deux hommes politiques vont désormais s'affronter sur le terrain politique avec les législatives qui se tiendront le 30 juillet prochain. Malgré sa détention, le maire de Dakar reste combatif.

« Combatif », « serein », mais visiblement « frustré », expliquent des proches du maire. Car la détention, vue par certains comme une manière de renforcer sa stature, est un vrai problème.

« Khalifa Sall aime discuter avant de trancher, en prison il n'a plus la même latitude », estime l'un de ses collaborateurs. Et le maire, tête de liste nationale, doit désormais lancer sa campagne, monter son QG, créer une équipe en espérant que ses consignes, ce n'est visiblement pas toujours le cas, soient respectées et appliquées à la lettre.

Khalifa Sall occupe en tout cas son temps, se perfectionne en arabe, lit les journaux, suit l'actualité politique et les premiers pas d'Emmanuel Macron. Ses avocats, qui doivent tenir une conférence de presse ce mercredi 14 juin, comptent visiblement alerter sur la difficulté de mener une campagne électorale en prison, sur le droit également de voter en détention. Khalifa Sall qui refuse depuis un mois de recevoir ses proches, car ses conditions de détention se sont durcies, compte bien, rappelle ses collaborateurs, gagner les législatives, notamment dans la capitale, en prison.