Afrique du Sud: la banque Absa rattrapée par son passé

En Afrique du Sud, la banque Absa, filiale africaine du groupe Barclays, pourrait être poursuivie en justice.
© Reuters

En Afrique du Sud, la banque Absa, filiale africaine du groupe Barclays, se trouve rattrapée par son passé. Busisiwe Mkhwebane, médiatrice de la République, chargée de veiller sur les deniers publics, a recommandé, ce lundi 19 juin, que l’Etat poursuive en justice cet établissement. Elle accuse la banque d’avoir bénéficié de plusieurs plans de sauvetage sous l’apartheid et de n’avoir jamais remboursé.

Selon la médiatrice de la République, Absa doit rembourser plus de 80 millions d’euros à l’Etat. Dans les années 1980, le gouvernement d'apartheid avait renfloué, à plusieurs reprises, la banque Bankorp, rachetée par la suite par Absa, en 1992. Ces plans de sauvetage n’ont jamais été remboursés.

« Ne pas avoir récupéré cet argent constitue un manque à gagner pour les Sud-Africains », estime la médiatrice, Busisiwe Mkhwebane, qui a chargé une unité spéciale de la police de recouvrer l’argent.

Il y a 15 ans, une première enquête avait conclu qu'Absa n'avait pas bénéficié directement de ces prêts et avait ainsi exonéré l’établissement bancaire.

Absa a aussitôt réagi, ce lundi, réfutant qu’elle devait rembourser, et ajoutant qu’il y avait prescription.

En tout cas, la médiatrice ne s’arrête pas là. Elle recommande l’ouverture d’une enquête afin de déterminer si d’autres groupes bancaires se seraient enrichis sur le dos de l’Etat durant cette période.