Archipel des Chagos: Maurice en appelle aux instances internationales

Vue aérienne d'une partie de la base militaire américaine de Diego Garcia dans l'archipel des Chagos.
© Wikipédia

Le contentieux territorial entre l'île Maurice et la Grande-Bretagne autour de l'archipel des Chagos prend une nouvelle tournure. Il s'invite aux Nations unies ce jeudi 22 juin. La requête de Maurice visant à référer le dossier à la Cour internationale de justice de La Haye sera mise au vote à l'Assemblée générale de l'ONU. Depuis 50 ans, Maurice revendique sa souveraineté sur l'archipel des Chagos, territoire britannique de l'océan Indien où est implantée la base américaine de Diego Garcia. Faute d'une solution diplomatique, Maurice fait appel aux instances internationales.

C'est une carte que Maurice n'aurait pas souhaité jouer. Elle prend le risque de fâcher durablement Londres et Washington. Mais plus fort est son sentiment que ces deux capitales n'ont cherché qu'à gagner du temps et étouffer sa revendication de souveraineté sur les Chagos. Dans un mémoire à l'ONU, Port-Louis accuse Londres d'avoir démembré illégalement son territoire.

Les Chagos faisaient en effet partie de Maurice avant la décolonisation. Quand Maurice accède à son indépendance en 1968, l'archipel est détaché par les Britanniques et loué aux Américains qui y installent la base de Diego Garcia. Londres avait pris soin de vider l'archipel de ses habitants, des Chagossiens déportés à Maurice et aux Seychelles, et qui depuis luttent pour leur retour.

C'est accompagné d'une délégation des exilés des Chagos que l'ex-Premier ministre mauricien s'est rendu à New York cette semaine. Sir Anerood Jugnauth tente de rallier un maximum de capitales à cette double cause territoriale et humaine. Maurice espère un vote favorable à l'ONU pour donner un retentissement historique de ses revendications.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.