Vote de défiance à bulletin secret en Afrique du Sud: l'opposition satisfaite

Le président sud-africain Jacob Zuma
© Reuters/Rogan Ward

En Afrique du Sud, l'opposition politique est satisfaite. Jeudi 22 juin, la plus haute cour du pays a autorisé le Parlement à voter une motion de défiance à bulletin secret contre le président Jacob Zuma. Six partis d'opposition avaient saisi la justice pour obtenir un vote secret, convaincus qu'une partie des députés de la majorité, déçue par leur leader, soutiendrait cette motion de défiance.

L'opposition a eu gain de cause. La Cour constitutionnelle a tranché : la présidente du Parlement a bien les pouvoirs d'organiser un vote de défiance à bulletins secrets contre le chef de l'Etat. Jusqu'à présent, celle-ci, une proche du président, s'y était refusée, arguant qu'elle n'y était pas autorisée. La plus haute cour du pays lui a donc donné tort. Et lui a rappelé que sa décision doit être prise dans l'intérêt de la démocratie.

Pour Terror Lekota, leader d'un des partis d'opposition, la présidente de l'Assemblée n'a pas le choix : « La cour a confirmé qu'elle a le pouvoir d'imposer un bulletin secret, et donc elle sait qu'elle à cette possibilité. Et d'ailleurs, je vous rappelle qu'elle n'a jamais dit qu'elle était contre, mais juste qu'elle n'en avait pas le pouvoir. Donc nous n'avons aucune raison de douter de ce qu'elle va faire. »

L'opposition appelle désormais les députés de la majorité à se joindre à eux pour se défaire d'un chef de l'Etat embourbé dans les scandales. Pour James Selfe, élu du principal parti d'opposition, il s'agit d'une victoire morale. « C'est une victoire, dit-il, non seulement pour l'opposition mais pour le peuple sud-africain qui à via ses élus va pouvoir dégager un président toxique qui détruit notre pays. »

Aucune date n'a été fixée. Jeudi après-midi, le président Zuma a réagi. S'exprimant devant le Parlement, il a accusé l'opposition de vouloir changer les règles alors qu'elle n'a pas la majorité.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.