Republier
Mali

Mali: deux ans après l'accord d'Alger, Maïga reçoit tout le monde à Bamako

Le Premier ministre malien Abdoulaye Idrissa Maïga le 10 avril 2017 à Bamako.
© HABIBOU KOUYATE / AFP

Une rencontre a eu lieu vendredi 23 juin 2017 à Bamako entre le Premier ministre malien, accompagné de son gouvernement, et les groupes armés alliés au pouvoir malien, ainsi que la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA). L'objectif était de faire le bilan de l'accord de paix, deux ans après sa signature, et de fixer un nouveau chronogramme pour faire avancer ce texte.

Les trois parties - gouvernement, CMA et groupes armés de la Plateforme -, ont noté l’application poussive de l’accord de paix d’Alger deux ans après sa signature. Tous affirment vouloir donner un nouveau souffle au processus de paix.

« Ça s'est très bien passé. Les trois parties ont discuté en vue de démarrer le développement, tout ce qu'il y a lieu de faire… », assure Ould Mataly, député du parti au pouvoir et membre influent des groupes armés de la Plateforme.

Satisfaction également côté gouvernement malien, et satisfaction encore du côté de la Coordination des mouvements de l’Azawad, qui contrôle toujours la ville de Kidal, dans le nord du Mali.

Le porte-parole de la CMA évoque le nouveau chronogramme arrêté pour l’application de l’accord d’Alger : « Toutes les parties pensent que c’est un chronogramme consensuel et réalisable », assure-t-il.

Ilad Ag Mohamed détaille : « D’ici le 20 juillet, les MOC (les patrouilles mixtes, NDLR) pourraient être opérationnelles à Kidal, et l’opérationnalisation des autorités intérimaires dans toutes les régions de l’Azawad, notamment à Kidal aussi, d’ici le 31 juillet. »

Quid du retour de l’administration à Kidal ? « Le retour d’ici le 30 juillet, normalement les lignes vont beaucoup bouger », certifie le porte-voix de la Coordination des mouvements de l'Azawad.

Dès la semaine prochaine, une nouvelle réunion est prévue entre le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga et les deux autres parties.

→ À relire : La charte pour la paix et la réconciliation divise déjà

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.