Republier
Libye Tchad

Libye: des mercenaires tchadiens seraient-ils à la solde du maréchal Haftar?

Le maréchal Khalifa Haftar, chef de l'Armée nationale libyenne.
© REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

Des chefs des tribus du sud du pays affirment qu'une grande force tchadienne de 6000 hommes possède des camps d'entraînement sur le sol libyen depuis six ans. Cette force, composée de mercenaires, avait été assemblée par l'ancien chef de l'Etat Mouammar Kadhafi pour étouffer le soulèvement de 2011. Après sa chute, la majorité est restée en Libye et serait aujourd’hui employée par Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen. Le maréchal avait déjà admis publiquement avoir eu recours à des mercenaires soudanais.

Pour les habitants de Sebha, les Tchadiens qui campent aux environs de la ville ainsi que dans la région du Sud sont bien des mercenaires. Selon Hassan Al Rakik, membre du conseil tribal de la ville, ces forces sont à la solde de celui qui paie le mieux et ils sont aujourd'hui sous les ordres du maréchal Khalifa Haftar, qui a étendu son pouvoir au Sud, à la fin du mois de mai.

Un responsable de brigade dans la zone estime le nombre de ces Tchadiens en Libye à plus de 4200 hommes. Ils sont accusés de combattre auprès des jihadistes, ce qu'un rapport des Nations unies est venu confirmer le 9 juin (lien vers le rapport en anglais).

Mahamat Mahdi Ali, chef de l'un des mouvements d'opposition armée tchadienne en Libye, le Fact, et qui a toujours nié un quelconque lien avec les jihadistes, reconnaît lui qu’un émissaire du maréchal Haftar est venu le voir pour négocier un accord. « Entre nous il n'y a pas de problèmes », explique t-il.

En revanche, d'autres chefs tchadiens de la faction dirigée par Mahamat Hassan Boulmaye (du Conseil de commandement militaire pour le salut de la République  le CCMSR) ont été récemment arrêtés puis relâchés. Ce mouvement semble revenir à l'homme fort de l'Est libyen après l'avoir un temps délaissé pour les Brigades de défense de Benghazi, un branche de al-Qaïda.

Pour le président tchadien, ces hommes ne sont pas des opposants, mais bien des mercenaires. Idriss Déby avait déjà accusé Tripoli de les soutenir activement.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.