Développement du Rif: le roi du Maroc critique l’action du gouvernement

Le roi Mohammed VI, le 30 juillet 2015.
© AFP PHOTO / HO/ MOROCCAN ROYAL PALACE

Le roi Mohammed VI a attendu la veille de l'Aïd el-Fitr au Maroc pour s'exprimer sur le mouvement qui agite la région du Rif. Dimanche soir, au cours d’un Conseil des ministres, le souverain s’est dit déçu et mécontent du retard pris par le programme de développement dédié à la ville d'al-Hoceima.

C'est la première fois depuis la reprise du mouvement Hirak dans la région d'al-Hoceima, que le roi du Maroc s'exprime sur cette crise. Sans évoquer la contestation, il critique l'action lente du gouvernement pour le développement de cette région, mais ne dit pas un mot sur la politique du pouvoir vis-à-vis de ce mouvement, dont une centaine de meneurs sont toujours en prison.

Lors d'une réunion qu'il a présidée à Casablanca dimanche, le souverain marocain a tancé ses ministres pour la non-exécution dans les délais des projets inscris au programme de développent dédié au Rif. Un programme échelonné sur quatre ans et commencé en 2015 qui traîne. L'argent qui lui a été consacré a été, selon les frondeurs, dérobé par la corruption généralisée dans le royaume. En effet, une enveloppe de 600 millions d'euros était allouée à ce programme qui devait englober une série de projets d'infrastructures et répondre aux revendications économiques et sociales des habitants du Rif.

Le cabinet royal précise aussi que le roi Mohammed VI a ordonné de mener « les enquêtes nécessaires à ce sujet » afin rapidement de désigner des responsables. Selon le communiqué, désormais, les ministres concernés devront, durant les congés annuels, assurer le suivi des projets pour cette région du Rif.

Mohamad Zayan, l'un des avocats de Hirak et ancien ministre des Droits de l'homme, est sceptique.

Il y a une contradiction structurelle : d'un côté il reconnaît que les revendications d'ordre social de la dynamique de contestation sont réelles puisqu'il demande qu'on inventorie tous les projets qu'il a inauguré et connaître les raisons pour lesquelles ils n'ont pas exécuté, par contre il ne va pas jusqu'au bout de son raisonnement en libérant les prisonniers.

Mohamad Zayan
27-06-2017 - Par Houda Ibrahim

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.