RCA: les premiers juges de la Cour pénale spéciale prêtent serment ce vendredi

Les violences en Centrafrique ont fait des milliers de victimes entre 2003 et 2015. Ici des hommes transportent le cercueil d'un de leurs proches.
© REUTERS/Siegfried Modola

C'est une nouvelle étape dans la mise en place de la Cour pénale spéciale en Centrafrique avec six magistrats qui doivent solennellement prêter serment vendredi 30 juin. Cette cour est un tribunal mixte qui sera chargé de juger les crimes les plus graves commis en RCA depuis 2003. Une prestation qui marque le début des travaux de la cour.

Après la nomination du procureur spécial, le Congolais Toussaint Muntazini Mukimapa, après celle de 5 juges centrafricains, après la publication par l'ONU d'un imposant rapport recensant les violences et exactions commises entre 2003 et 2015, c’est une nouvelle étape en Centrafrique. Six premiers magistrats vont prêter serment ce vendredi. Le procureur spécial ainsi que les 5 juges centrafricains.

Au total, selon ses statuts, la Cour pénale spéciale comptera à terme 13 juges étrangers et une douzaine de nationaux. Trois magistrats internationaux, une Française, un Burkinabé et un Canadien, ont d'ailleurs déjà été nommés et sont attendus à Bangui dans la deuxième quinzaine de juillet. Mais le processus de recrutement n'est pas fini et va se poursuivre.

Quoi qu'il en soit, cette journée de vendredi marque solennellement le début des travaux de la Cour pénale spéciale puisque le procureur spécial disposera désormais d'une équipe qui va lancer le travail préparatoire des enquêtes. Des enquêtes qui s'appuieront notamment sur ce rapport de l'ONU sur les centaines d'exactions commises entre 2003 et 2015 dans le pays. Pour ce faire, l'équipe travaillera dans des bureaux provisoires loués en attendant que les travaux des locaux définitifs de la Cour pénale spéciale soient achevés. Quant au budget, il manque encore 1 million de dollars sur les 7 prévus pour la première année de fonctionnement.