Maurice: l'ONU veut l'aide de la justice sur le cas des Chagos

La base militaire américaine de Diego Garcia, installée sur l'une des îles de l'archipel des Chagos.
© Crédit: Département de la Défense des Etats-Unis

Après le vote historique intervenu récemment à l’ONU sur les Chagos, Maurice s’active à porter le dossier devant la Cour internationale de justice. Il s’apprête à demander un avis consultatif de La Haye sur le contentieux territorial qui l’oppose à la Grande-Bretagne depuis 50 ans. Maurice revendique sa souveraineté sur l’archipel des Chagos, territoire détaché pendant la décolonisation par les Britanniques pour le compte des Américains et leur base de Diego Garcia. Il y a une dizaine de jours (22 juin), à New York, Maurice a obtenu le feu vert de l’Assemblée générale de l’ONU pour un recours à la Cour internationale de justice. Un revers pour Londres, une étape majeure pour Maurice.

Avec notre correspondant à Port-LouisAbdoollah Earally

L’argumentaire de Port-Louis a convaincu l’assemblée générale de l’ONU à New York. Sur les 174 Etats qui ont pris part au vote, 94 ont soutenu la demande de Maurice, contre 15 seulement pour la Grande-Bretagne et 65 abstentions.

L’ampleur du vote en faveur de Maurice a surpris le ministre mentor, le vétéran Sir Anerood Jugnauth en charge du dossier Chagos : « Je ne m’attendais pas à une telle victoire, pas de cette envergure. Je connais les faits, je ne vois pas comment la justice ne va pas statuer que les Anglais ont illégalement détaché une partie de notre territoire. La Cour internationale de justice nous donnera raison. »

Seul survivant des conférences londoniennes de 1965 en vue de l’indépendance de Maurice, Sir Anerood Jugnauth s’est posé à la tribune de l’ONU en témoin de l’histoire. Il a relaté comment l’archipel des Chagos faisait partie du territoire mauricien, comment les Britanniques vont le détacher à la veille de l’indépendance, et le vider de ses habitants pour faire place à la base américaine de Diego Garcia.

« La décolonisation de Maurice n’est pas complète »

Il a eu ensuite cette phrase embarrassante chez les uns, percutante chez les autres : « la décolonisation de Maurice n’est pas complète ». Un discours qui a suscité une forte adhésion, surtout de l’Afrique.

L’Afrique que Sir Anerood Jugnauth à remercié lors d’une déclaration à l’Assemblée nationale à Port-Louis vendredi : « Avec votre permission madame la présidente, je voudrais exprimer ma profonde appréciation envers nos frères et soeurs africains pour leur soutien sans faille à cette cause noble et juste ».

Maurice ne souhaite cependant pas le démantèlement de la base américaine. Il veut juste que Londres s’engage à lui rétrocéder les Chagos.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.