[Reportage] RCA: rencontre avec Abdoulaye Hissène, l’homme fort de Bria

Abdoulaye Hissène, ici en 2007.
© RFI / Hippolyte Donossio

C'est l'homme fort de Bria. Abdoulaye Hissène, cadre militaire et politique de la coalition du FPRC qui après des mois de fuite dans la brousse a rejoint Bria à l'automne dernier, contrôle et administre la ville. Aujourd'hui sous le coup de sanctions internationales, il continue de vaquer à ses occupations sous l'œil de la Minusca.

Abdoulaye Hissène reçoit chez lui dans le quartier Mendé, à côté du grand marché de la ville. A sa porte, une dizaine d'hommes armés montent la garde en fumant une chicha. Il se présente d'abord comme ancien de ministre au temps de Djotodia, puis comme président de la coalition de la Seleka. C'est lui le maître de la ville, même s'il s'en défend, affirmant qu'il ne fait qu'assurer la protection de la population : « La ville est aux mains de la Minusca. Mais comme il y a une absence totale de l'administration, nous étions obligés de mettre en place une police qui s'appelle "brigade mixte". »

Cet ex-bras droit de Nourredine Adam, le chef suprême de la coalition, est aujourd'hui sous le coup de nombreuses sanctions internationales, notamment par les Nations unies, la France, les Etats-Unis. La semaine dernière, c'est le Tchad qui a emboîté le pas en émettant également un mandat d'arrêt contre lui.

« Je rigole, poursuit-il. Si j'ai un problème, il aurait dû demander à la justice centrafricaine de faire ce genre d'action, mais ce n’est pas à lui de le faire. Peut-être que le ministre ne connaît pas son travail. »

S'il prend ces sanctions à la légère, Abdoulaye Hissène est actuellement dans une position délicate. Azor Kalite, le sous-chef d'état-major de la coalition, qui contrôle également une partie de Bria, ne le considère pas comme son supérieur : « Abdoulaye Hissène, il n'a pas tellement de responsabilités dans tout ce qu'on fait ici. Dans la branche politique, nous, on voit que Nourredine Adam est le patron. »

Celui qui rêve de redevenir ministre dans le gouvernement actuel est toujours bloqué à Bria. Mais sa capacité d'action et de nuisance demeure, elle, d'actualité.