Otages au Sahel: une coalition terroriste publie une vidéo à l’heure du G5 Sahel

Parmi les six otages enlevés au Sahel entre 2011 et 2016 qui figurent dans la vidéo, la Française Sophie Pétronin, enlevée à Gao (photo d'illustration).
© © IRD / Florence Boyer

Alors que les chefs d’Etat du G5 Sahel ont rendez-vous ce dimanche 2 juillet à Bamako pour un sommet extraordinaire, en présence du président français Emmanuel Macron, qui se veut décisif pour le lancement de la force conjointe que veulent mettre en place le Mali, le Niger, le Tchad, le Burkina et la Mauritanie pour lutter contre le terrorisme, la principale coalition terroriste du pays a publié samedi soir une vidéo dans laquelle figurent six otages enlevés au Sahel.

Le timing de diffusion de cette vidéo ne doit évidemment rien au hasard, tout comme la mise en scène particulièrement travaillée de ce film de propagande de 16 minutes et sa traduction anglaise intégrée. En la publiant moins de deux heures avant l’arrivée du président français sur le sol malien et à la veille du sommet extraordinaire des chefs d’Etat censé donné le coup d’envoi à la force anti-terroriste conjointe du G5 Sahel, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, la principale coalition terroriste au Mali dirigée par Iyad Ag Ghali frappe un grand coup en terme de communication.

D’autant que parmi les six otages enlevés au Sahel entre 2011 et 2017 qui figurent dans cette vidéo, la Française Sophie Pétronin, enlevée à Gao, en appelle directement au président Macron, qui apparait lui-même, sur les images, son visage et sa voix déformés.

Moins d’une semaine après son investiture, Emmanuel Macron s’était rendu, justement, à Gao, et avait tenu un discours de fermeté et de soutien au Mali dans la lutte anti-terrorisme : « Nous serons intraitables. Nous avons besoin de poursuivre et d’accroître notre engagement. [Il] restera de haute intensité ici au Sahel », avait-il assuré.

Une vidéo extrêmement bien scénarisée

C'est la première preuve de vie de la Française Sophie Pétronin. Elle apparaît dans la vidéo, la tête recouverte d'un chèche vert kaki pendant quelques secondes, avant d'être floutée, tout comme les autres otages femmes, qui s'expriment durant ces 16 minutes de film. Une vidéo extrêmement mise en scène, qui mêle menaces et psaumes déclamés par une voix off en anglais. Des extraits de discours d'Emmanuel Macron, le président français, sont détournés et disséminés dans le document, au milieu de morceaux de journaux télévisés relatifs aux enlèvements. Six des sept otages détenus au Sahel apparaissent à tour de rôle, face caméra, pendant quelques dizaines de secondes chacun. Les otages donnent des détails précis sur leur identité et leur situation personnelle.

Le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans prétend désormais les retenir captifs. Cette vidéo, pur produit de propagande réalisé à la manière d'une bande annonce hollywoodienne, a été diffusée via des canaux classiques de communication des jihadistes, hébergée sur des dizaines de plateformes différentes et traduite en anglais, ce qui est plutôt rare, comme pour faciliter sa diffusion. La vidéo se termine sur l'image d'un homme en tenue militaire, le visage flouté, qui s'exprime dans un anglais parfait et qui affirme que les libérations d’otages sont conditionnées par une volonté politique. Des images des précédentes libérations sont alors diffusées en arrière-plan.

Cela s'inspire des vidéo précédentes d'Aqmi qui, depuis deux ans maintenant, soigne de plus en plus sa communication.
Romain Caillet, chercheur et spécialiste des questions islamistes
03-07-2017 - Par Bineta Diagne