Vidéo des otages au Sahel: Iyad Ag Ghali montre son influence sur la région

Iyad ag Ghali, jihadiste malien, le 7 août 2012 à Kidal.
© AFP PHOTO / ROMARIC OLLO HIEN

En marge du sommet G5 Sahel qui s’est tenu ce dimanche à Bamako, au Mali, une nouvelle vidéo de propagande montrant des otages au Sahel a été rendue publique ce samedi soir. Le choix de cette veille de réunion de chefs d'Etat n’est pas un hasard. Ce film, d'une quinzaine de minutes, a été diffusé par le canal officiel du «Groupe de soutien à l’islam et aux musulman», une coalition terroriste dirigée par Iyad Ag Ghali qui confirme ici son rôle prédominant.

En montrant dans cette vidéo que les six otages étrangers sont aux mains de ses combattants « du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans », Iyad Ag Ghali et ses alliés ont voulu faire passer un message clair. Le jihadiste malien est désormais incontournable dans les futures négociations pour leurs éventuelles libérations.

Parmi les otages, certains ont été enlevés au Burkina Faso, d'autres au nord du Mali, et même au Sud, vers la frontière ivoirienne. Probablement une preuve que Iyad Ag Ghali noue des alliances et étend son influence.

Dans les cinq régions administratives du nord du pays, il a visiblement des relais qui lui obéissent. Pareil au centre du Mali, où le prédicateur radical Amadou Kouffa et ses fidèles lui ont fait allégeance.

Pour asseoir son autorité, l'homme, dont la tête a été mise à prix par les Américains s'appuie aussi sur les communautés, une partie de sa communauté. Est-il protégé par un Etat, un pays de la sous-région ? Certains continuent de se poser la question.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.