Addis-Abeba: l'Union africaine en sommet et en quête d'efficacité

Le président ivoirien Alassane Ouattara est favorable à une réforme de l'organisation des sommets de l'UA: moins de rendez-vous pour plus d'efficacité (photo d'illustration).
© ©SIA KAMBOU/AFP

Des sommets moins nombreux et plus efficaces, c'est le souhait du Guinéen Alpha Condé qui préside l'Union africaine depuis six mois. Actuellement il y a deux sommets par an, un en janvier et un en juillet, et à l'occasion de ce 29ème sommet, qui se tient actuellement à Addis-Abeba, nombreux sont ceux qui pensent que l'on parle trop et qu'on n'agit pas assez...

C’est le comité de réforme de l’Union africaine piloté par le Rwandais Paul Kagame qui propose un sommet par an. L’idée est que se réunir tous les six mois pour prendre de multiples décisions dont les 9/10èmes ne sont pas appliquées ne sert à rien. Interrogé par nos confrères de France 24, le président ivoirien Alassane Ouattara se dit très favorable à cette réforme.

« Moi je crois que ce serait une bonne chose. Un seul sommet – je l’ai même dit au président Alpha Condé – un seul sommet pendant une seule journée ce serait mieux. L’Union européenne fait le sommet ça dure une journée nous devons faire en sorte, si nous devons avoir plus d’un sommet, qu’on s’assure que le sommet tienne en une seule journée ».

Un ou deux sommets par an cela ne règle pas la question centrale : qui gouverne l’Union africaine ? Est-ce la commission présidée actuellement par le Tchadien Moussa Faki Mahamat ou est-ce l’Assemblée des chefs d’Etat ?

Il y a un an et demi la commission a voulu prendre une initiative sur le Burundi, mais elle a été stoppée immédiatement par des chefs d’Etat très jaloux de leur autorité.

Alassane Ouattara s'est aussi exprimé sur le financement sur l'organisation: «Nous avons accepté que chaque pays paie 0,2% de prélèvement sur les importations hors Afrique»
04-07-2017 - Par France 24

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.