Législatives au Sénégal: les chances d’une libération s’éloignent pour Khalifa Sall

Khalifa Sall, le maire de Dakar, le 13 mars 2013 à Niamey (Niger).
© AFP PHOTO SEYLLOU

Au Sénégal, la Cour suprême devait examiner, ce jeudi, la demande de liberté provisoire déposée par le camp de Khalifa Sall. Alors que les élections ont lieu le 30 juillet, c’est l’ultime recours avant les législatives pour le maire de Dakar, tête de liste nationale d'une frange de l'opposition, et incarcéré depuis mars 2017. Et la juridiction a finalement décidé de reporter sa décision au 20 juillet prochain.

La défense estime l'affaire, en l'état, impossible à juger et n'a pas hésité à quitter la salle de la Cour suprême en pleine séance. Principaux arguments : les avocats de certains coaccusés de Khalifa Sall n'ont pas été convoqués et manquent à l'appel.

Pour maître Ciré Clédor Ly, avocat du maire de Dakar, la justice tente d'accélérer le processus alors que l'échéance des législatives approche à grands pas : « Nous, nous avons utilisé les procédures, ils peinent à le faire. Maintenant, au niveau de la Cour suprême, les délais ne leur permettent pas de le juger avant les élections, ils ont décidé donc de raccourcir les délais. Et en le faisant, ils ont violé tous les droits ».

Et la Cour semble avoir donné raison à la défense. Il faut « que les différentes parties puissent faire leurs observations », a reconnu son président avant de reporter les délibérés.

« Ils ont boycotté, parce que seulement ils estiment qu’il n’y avait pas lieu que cette affaire-là soit reconnue. C’est leur droit le plus absolu. Mais la Cour a estimé nécessaire, pour mettre tout le monde dans les conditions, d’envoyer le dossier au 20 juillet. C’est une bonne démarche parce que ça participe aussi des respects des droits de la défense », estime maître Babacar Cissé, avocat général de l'Etat sénégalais.

A quelques jours de l'ouverture de cette campagne électorale pour les législatives et alors que la Cour ne rendra pas de décision avant le 20 juillet, il semble de plus en plus probable que le candidat Khalifa Sall battra campagne en prison.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.