Republier
Tunisie Culture

Tunis, capitale africaine de la pop-culture

10 000 personnes étaient attendues lors de la Comic-Con de Tunis, Tunisie, le 7 juillet 2017.
© FETHI BELAID / AFP

En Tunisie, c’est la deuxième édition du Comic-Con Tunisia, le seul festival de pop-culture de ce genre en Afrique, qui se tient depuis vendredi dans la banlieue de Tunis et se termine ce dimanche 9 juillet. Des compétitions de jeux vidéo, ou bien un concours de costumes de personnages de mangas et de bande-dessinée. La pop-culture est encore confidentielle dans le pays, mais elle s'expose au grand jour ce week-end. Près de 10 000 personnes sont attendues.

L'une des attractions ce week-end, c'est le concours de cosplay (en anglais « cos » pour « costume » et « play », « jouer »). Les participants fabriquent eux-mêmes les costumes de leurs super-héros ou personnages de mangas préférés, comme cette lycéenne de 17 ans : « C'est Esther de Trinity Blood, ça m'a pris trois mois pour le fabriquer ».

Ce festival reste modeste par rapport à d'autres rendez-vous plus anciens organisés en France, aux Etats-Unis ou encore au Japon. Mais il est l'un des seuls du genre en Afrique. « Ça veut dire qu’il y a une communauté manga, geek, player, tout ça quoi. Donc ça commence à bouger dans la région, remarque Abdou Ameur, l'un des organisateurs. C’est vrai que ces gens-là sont sur leur ordinateur H24, mais derrière il y a tout un monde. Et ce monde-là, il faut le montrer aux parents, il faut le montrer aux gens au fur et à mesure. On sait que d’une manière ou d’une autre, on va essayer de grandir ».

Parmi les visiteurs, Emina Yacoubi, 23 ans, se dit fière du chemin parcouru en quelques années par ceux qui partagent sa passion en Tunisie : « Avant 2010, si on disait cosplay, on se mettait tous à rigoler parce qu’en Tunisie, ce ne serait jamais possible. Je pensais que j’étais la seule fan de ce genre d’activité. Et du jour au lendemain, je me retrouve avec des gens qui partagent la même passion. Et puis le nombre de personnes qui viennent, l’ampleur de l’évènement, c’est juste incroyable comme ça s’est propagé, comment ça a évolué ».

En 2016, le festival avait accueilli un peu moins de 8 000 personnes. Les organisateurs en attendent 10 000 cette année.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.