Gambie: la famille du journaliste Ebrima Manneh veut la vérité sur sa mort

Depuis son arrestation dans les locaux du daily observer à Banjul le 7 juillet 2006, la famille d'Ebrima Manneh n'a plus jamais eu de nouvelles de lui (photo d'illustration)
© RFI / Claire Bargelès

En juillet 2006, le journaliste Ebrima Manneh surnommé Chief Manneh, était arrêté dans les locaux de son journal, le Daily Observer. De probables agents de la NIA, les services de renseignements du temps de Yahya Jammeh, sont venus le chercher après sa tentative de publication d'informations critiques à l'égard du régime. Depuis, malgré la mobilisation de la société civile et de soutiens dans le monde entier, sa famille n'a jamais retrouvé sa trace. En 2008, la Cour de Justice de la Cédéao avait ordonné à la Gambie de relâcher le journaliste et de le dédommager à hauteur de plus de 80 000 euros mais depuis, rien. Une lecture du Coran était organisée mardi 11 juillet en sa mémoire par sa famille et ses proches, qui voient dans le changement de gouvernement la possibilité de découvrir ce qu'il s'est passé.

Cette année, c'est avec un peu plus d'espoir que les voisins et les amis se rassemblent dans la cour de la famille d’Ebrima Manneh. Sheriff Njie, un des oncles du journaliste, prie aujourd'hui pour enfin connaître la vérité sur ce qu'il s'est passé il y a 11 ans.

« Je suis très triste car je ne peux pas l'oublier, j'ai besoin de savoir exactement ce qui est arrivé à Chief. Si quelqu'un l'a tué. S'il est mort par accident. On doit savoir », martèle-t-il.

En janvier dernier, la police a confirmé la mort d'Ebrima Manneh. Mais ce n'est pas suffisant pour sa sœur, Adama. « Ces onze dernières années, avec la famille, on pensait qu'il était en prison, mais on ne pouvait pas le voir. On ne savait pas ce qu'il était devenu. Jusqu'à ce que l'ancien régime perde les élections. C'est maintenant qu'on apprend qu'il a été tué. On veut récupérer son corps et pouvoir organiser des funérailles. Et on veut savoir la vérité, on veut obtenir justice », explique la jeune femme.

Pour ses collègues, comme le photojournaliste Uthman Jeng, savoir ce qui s'est passé est crucial pour la profession. « C'est très important que justice soit faite, pour en faire un exemple et éviter que quelque chose comme ça se reproduise. C'est une personne que les journalistes ne pourront pas oublier dans le pays. C'est devenu un symbole ».

La famille espère que la future commission vérité et réconciliation permettra d'éclaircir sa disparition. Chief Manneh est le seul journaliste parmi les disparitions déclarées sous Yahya Jammeh. Mais la famille d'un autre journaliste gambien, Deyda Hydara, assassiné en 2004, attend elle aussi justice de la part du nouveau gouvernement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.