RCA: émoi et colère après le meurtre d’un bébé dans un hôpital de l’Est du pays

(Illustration) Le 11 juillet 2017, des hommes armés ont tué un bébé dans un hopital à l'est du pays. Sur cette photo, il s'agit de l'hôpital de Kaga-Bandoro, dans le centre de la Centrafrique.
© Flickr/Gregoire Pourtier

Les civils sont devenus la cible des groupes armés en Centrafrique. L'ONG Médecins sans Frontières lance un cri d'alerte après que des hommes armés aient ouvert le feu mardi sur un bébé à l'intérieur de l’hôpital de Zémia, à l’est du pays, où sa famille avait trouvé refuge.

« Il y a deux hommes armés qui sont entrés dans l’hôpital et ont ciblé cette famille qui était déplacée à l’hôpital depuis deux semaines, quand les combats ont commencé. Ils les ont chassés et pour des raisons inconnues, les deux hommes ont tiré sur une maman qui portait son enfant. Malheureusement, l’enfant a reçu une balle », raconte Mia Hejdenberg, la représentante de Médecins sans Frontières en Centrafrique.

Pour l'ONG, cet assassinat  révèle une « escalade de la violence dans le conflit actuel » et une détérioration de la situation humanitaire. « C’est tellement choquant, de plus en plus, pas seulement à Zémio, mais aussi dans les autres villes en RCA, il y a des civils qui sont de plus en plus ciblés par des groupes armés. Dans ces situations, il est difficile pour nous en tant qu’humanitaires de faire notre travail.

A Zémio pour l’instant il y a plus de 20 000 déplacés dans la ville, dans différents sites, qui vivent dans des conditions très précaires. Et en fait, il y a un grand besoin d’acteurs humanitaires pour pouvoir revenir », déplore encore Mia Hejdenberg.