Vers un retour annoncé des Américains en Libye

Un blindé de l'armée nationale libyenne.
© AFP/Abdullah Doma

En Libye, c'est une première: des sources militaires de l'Est libyen font état d'une rencontre, ce mercredi soir, entre le maréchal Haftar et le chef du commandement américain pour l'Afrique, Africom. Les Etats-Unis semblent étudier une nouvelle approche diplomatique par un soutien possible à l'armée nationale libyenne dirigée par Khalifa Haftar. C'est donc rassemblement le retour annoncé de Washington en Libye.

Cette rencontre entre Américains et Libyens annonce un retour en force des Etats-Unis dans ce pays qu'ils avaient pratiquement abandonné depuis 2012, suite à l'assassinat de l'ambassadeur américain à Benghazi. C'est le commandement militaire de Khalifa Haftar qui a confirmé la rencontre, indiquant que la délégation américaine était composée d'un bon nombre de responsables politiques et militaires. Africom n'a pas encore dit mot sur cette rencontre. La dernière image diffusée sur leur site concernant la Libye est celle du 23 mai, où Thomas Waldhauser, chef d'Africom, et Peter Bodde, ambassadeur à Tripoli, s'affichent avec le Premier ministre Fayez al-Sarraj.

Cette rencontre a eu lieu dans une base à l'Est de Benghazi, et elle coïncide avec des révélations américaines faisant état d'un plan en cours de finalisation à Washington pour une « nouvelle approche politique, diplomatique et militaire pour la Libye ». Si l'on en croit la chaîne de télévision américaine CNN, un partenariat devrait être tissé entre les deux pays au nom de la lutte contre le terrorisme. Un centre de coordination doit être créé en Libye avec une cinquantaine de militaires américaines pour le diriger. Des programmes d'échanges de renseignements et des formations militaires pour soutenir l'armée libyenne seront alors mis en place.

Après son engagement en Syrie et en Irak, c'est donc vers la Libye que la diplomatie américaine se tourne maintenant. D’ailleurs, Washington annonce pour septembre la réouverture de son ambassade à Tripoli, ainsi que son consulat à Benghazi.

Et les Français ?

Ignoré un moment par la diplomatie occidentale, le maréchal Haftar semble aujourd'hui réhabilité. Après avoir reçu la visite des Américains, rencontrera-t-il les Français ? La question se pose. Car jeudi, le président français Emmanuel Macron s'est exprimé pour la première fois sur le sujet d'une façon directe.

La France prendra dans les prochaines semaines la tête d' « initiatives diplomatiques concrètes visant à rétablir la stabilité en Libye ». « Seul un état libyen fort serait capable de tenir ses frontières ce qui résoudra la crise migratoire », a déclaré le président au journal Ouest France.

Les frontières dans le sud libyen sont sujettes à toutes sortes de trafics. Allant des paquets de cigarettes, aux armes et jusqu'au trafic d'êtres humains...

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.