Republier
Libye

Libye: Fayez al-Sarraj veut des élections en mars 2018

Le Premier ministre du gouvernement libyen d'union nationale Fayez al-Sarraj, dans son bureau à Tripoli, le 3 juin 2016.
© REUTERS/Ismail Zitouny

Le Premier ministre du gouvernement libyen d'union nationale souhaite la tenue d’élections présidentielle et parlementaires dès l’année prochaine. Fayez al-Sarraj espère ainsi mettre fin aux tensions politiques qui minent le pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi il y a six ans.

Dans un discours diffusé à la télévision dans la nuit de samedi à dimanche, le Premier ministre a parlé d’une « feuille de route » en neuf points pour conduire la Libye sur le chemin de la paix et de la stabilité.

Fayez al-Sarraj, assis devant un panneau sur lequel était écrit « Ensemble vers la réconciliation et la construction », espère que sa feuille de route relancera le dialogue entre les parties libyennes.

Le Premier ministre souhaite par ailleurs que les Libyens se rendent aux urnes en mars 2018 pour désigner un président et des députés.

Ces élus auraient trois ans pour accoucher d'une Constitution qui serait soumise à référendum.

Fayez al-Sarraj, qui est reconnu par la communauté internationale mais ne contrôle pas l'ensemble du territoire libyen, a estimé que l'insécurité était le plus « épineux » problème de la Libye.

Il a regretté que les milices qui ont renversé Kadhafi n'aient pas été désarmées « dès les premiers jours » après la chute du « Guide de la révolution ».

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.