Sénégal: au moins huit morts dans une bousculade dans un stade à Dakar

Un pan de mur du stade Dembe Diop de Dakar s'est affaissé samedi soir à la suite d'un mouvement de foule.
© SEYLLOU / AFP

Le drame s'est produit ce samedi 15 juillet lors de la finale de la Coupe de la Ligue de football qui opposait le club de Ouakam à celui de Mbour au stade Demba Diop de Dakar, la capitale sénégalaise. Des échauffourées entre les supporters au niveau de la tribune découverte ont provoqué une grande bousculade, une partie de la tribune s'est alors effondrée. Le bilan provisoire fait état d'au moins huit morts. En fin de soirée, la situation était stabilisée, les secours toujours sur place.

L’accident a eu lieu un peu avant 20h au stade Demba Diop de Dakar. Un but venait d’être marqué, selon des témoins. Les supporters de l'équipe de Ouakam, l'USO, se sont mis à jeter des pierres sur l'équipe du Stade de Mbour. Certains spectateurs ont tenté de fuir, occasionnant un mouvement de foule et un pan de mur s’est affaissé. Des dizaines de personnes se sont retrouvées écrasées.

« Les supporters du Stade de Mbour fuyaient pour éviter les pierres donc ils se sont retrouvés à un coin du stade, et c'est à ce moment-là que le pan de mur s'est effondré, entraînant avec lui les supporters », raconte un témoin.

Certaines personnes ont également été piétinées dans la bousculade. Au moins huit personnes sont mortes et 88 blessées, selon un bilan encore provisoire.

Samedi en fin de soirée, les blessés les plus graves avaient été acheminés vers les hôpitaux de la ville, mais certains blessés plus légèrement étaient toujours sur place. « J'ai mal, j'ai très mal, explique l'un d'eux. Il y a eu une bousculade et j'étais coincé. Ma jambe est restée coincée dans la barre de fer »

Une heure après le drame, on pouvait voir des supporters assis au milieu du stade, attendant d’être évacués. La tension était encore forte, avec des jets d’objet encore dans certaines tribunes. La police était déployée au milieu du stade pour contenir cette foule.

La sécurité déjà critiquée

Alioune Badare était lui dans la tribune visée par les tirs de projectile. « Il y avait des jets de pierre dans notre direction, il fallait se protéger alors on a sauté d'en haut jusqu'en bas pour aller sur la pelouse. C'est n'importe quoi, il y avait un manque de sécurité. La Ligue de football est fautive ainsi que la police », affirme-t-il.

Le ministre des Sports vient d’annoncer qu’il suspendait tous les matchs à venir, y compris les matchs de lutte. Il va falloir à présent établir des responsabilités notamment en ce qui concerne l’état des infrastructures.

Le stade Demba Diop a été construit dans les années 1960. Il y a eu des opérations de rénovation depuis, mais ont-elles été correctement effectuées ?

Au Sénégal, les matchs de football n’attirent pas autant les sponsors que les rencontres de lutte, et l’une des conséquences de ce manque de moyens, c’est que les stades ne sont pas suffisamment sécurisés.

Pour les témoins du drame, la sécurité des spectateurs était loin d'être assurée. Et ce n'est pas la première fois que des catastrophes se produisent lors de grands rassemblements au Sénégal. En avril dernier, un incendie lors d'une autre manifestation religieuse cette fois avait fait plusieurs dizaines de morts.