Mali: les corps de militaires disparus retrouvés près de Ménaka

Photo aérienne de Ménaka au Mali
© Minusma

Au Mali, les autorités militaires étaient sans nouvelle de plusieurs soldats maliens. Ils étaient portés disparus depuis une semaine après l’attaque d’un convoi de l’armée dans le nord-est du pays. Une embuscade attribuée à des jihadistes. Les responsables militaires ont annoncé avoir retrouvé huit corps, qui ont été inhumés lundi 17 juillet.

Selon des témoins, l'atmosphère était lourde ce lundi près de Ménaka lors de l'inhumation des militaires maliens. Un détachement de l'armée nationale, appuyé par un dispositif aérien des forces françaises Barkhane, s'est rendu sur les lieux pour organiser les obsèques. La cérémonie était plutôt sommaire. Les habitants de Ménaka, d'où étaient originaires certains de ces militaires décédés sont toujours sous le choc.

Les huit corps de militaires maliens ont été découverts dans une toute petite localité située à une soixantaine de kilomètres au sud de la ville de Ménaka. Pour un officier de l’armée qui s’est rendu sur les lieux, il ne fait aucun doute que les militaires maliens ont été arrêtés dans un premier temps vivants, avant d’être assassinés par balle : « C’est un crime, ces terroristes ne respectent absolument à rien ».

Toujours pas de revendication

Les militaires tués faisaient partie d’un convoi de l’armée malienne qui était en mission de sécurisation des biens et des populations. Mais le 9 juillet dernier, ils sont tombés dans une embuscade tendue par des présumés jihadistes. Il y a eu ensuite des affrontements. Depuis, une dizaine de militaires maliens étaient portés disparus. Selon le ministère malien de la Défense, il y a aussi eu des morts du côté des assaillants. Peu de temps après, deux soldats ont pu rallier la ville de Ménaka. La quasi-totalité des autres militaires a été retenue en otage et huit ont été froidement abattus.

Si l'attaque est qualifiée de « terroriste », pour le moment, il n'y a aucune revendication. Des experts s'interrogent : l'attaque a-t-elle été menée par des jihadistes ou par des bandits armés qui écument cette partie du nord du Mali.