Sénégal: le procureur évoque l'enquête après le drame du stade Demba-Diop

Bassirou Gueye, procureur de la République sénégalaise, en mars 2017, à Dakar.
© Guillaume Thibault/RFI

La bousculade dans le stade Demba-Diop de Dakar où se tenait la finale de la Coupe de la Ligue de football sénégalaise a fait huit morts et plus de 100 blessés, a annoncé ce lundi lors d’une conférence de presse le procureur de la République venu faire le point sur l'enquête 48 heures après le drame.

Fermeté et action. Voilà ce que le procureur a voulu mettre en avant. « L’enquête sera complète, aucune piste ne sera négligée, les responsabilités seront établies et les auteurs de ces actes ignobles seront traduits devant la justice », a annoncé le procureur de la République lundi.

Le problème, c’est que même s'il s'est rendu sur place et si deux inspecteurs dirigent l'enquête, Bassirou Gueye a peu d'éléments concrets à sa disposition, notamment pour identifier les supporters à l'origine de la bousculade qui a entraîné un mouvement de foule et l'affaissement d'un pan de mur du stade Demba-Diop de Dakar.

Interrogé par les journalistes, le procureur a ajouté que le directeur du stade Demba-Diop et le président de la Ligue de football ont été entendus.

« Les traces de sang et autres débris retrouvés sur place renseignent sur l’atrocité des actes commis. Des témoignages ont été recueillis, des films visionnés et des renseignements sont en cours de traitement », a-t-il expliqué.

« Nous n'avons aucune piste qui mène aux forces de l'ordre »

Bassirou Gueye n'a pas pointé de responsabilités. Concernant les forces de l'ordre, elles n'ont aucune responsabilité, estime le procureur. Certains les accusent d'avoir utilisé du gaz lacrymogène, mais selon lui, elles ont strictement respecté le cadre de leur intervention. « Jusqu’à présent, nous n’avons aucune piste qui mène aux forces de l’ordre », a-t-il assuré.

Bassirou Gueye s'est en tout cas montré effaré par ce qu'il s'est passé. « Le domaine sportif, c’est le domaine par excellence où l’amitié et la fraternité doivent prévaloir. Je crois que ce sur quoi nous devons nous appesantir aussi, c’est cette culture de violence que l’on voit dans le milieu sportif. Et c’est ça, je crois, qu’il faut décrier. »

L'enquête s'annonce donc complexe pour déterminer les responsabilités côté supporters comme côté officiel. Macky Sall a demandé des résultats d'ici un mois.