Republier
Maroc

Maroc: répression d’une marche pour la libération de détenus à Al Hoceïma

Des manifestants jettent des pierres aux forces de l'ordre, le 20 juillet 2017, à Al Hoceïma, dans la région du Rif, au Maroc.
© REUTERS/Youssef Boudlal

Dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, les forces de l'ordre ont violemment dispersé jeudi 20 juillet, en fin d'après-midi, des rassemblements à Al Hoceïma. La ville est l’épicentre d'un mouvement de contestation qui perdure depuis la mort en octobre 2016, d'un vendeur de poissons. Le 29 mai 2017, Nasser Zefzafi, chef de file de la contestation a été arrêté et 176 personnes ont été placées en détention préventive depuis le début du mouvement. Des dizaines de personnes ont été condamnées à des peines de prison. Jeudi, ce devait être une grande marche pour réclamer la libération de tous les détenus mais elle était interdite.

Ce devait être une grande marche pour dénoncer l'oppression et réclamer la libération des sympathisants du mouvement Hirak et notamment celle du leader Nasser Nefzafi. Mais la marche pacifique au départ a dégénéré en affrontement avec la police. Vers 17 heures, de petits groupes de manifestants ont commencé à se rejoindre dans plusieurs points de la ville.

La police est immédiatement intervenue avec une violence qui a surpris Youness, un militant de l'association marocaine des droits de l'homme : « J’ai vu trois fois un véhicule de police accélérer et foncer dans la foule pour disperser les manifestants. C’était une manière très dangereuse de chasser les manifestants. Sinon il y a eu une utilisation intensive de gaz lacrymogènes dans des petites ruelles et même à l’intérieur des maisons. C’est incompréhensible ce qu’ils ont fait. On est habitué à la répression des manifestations pacifiques mais, aujourd’hui, c’était cruel. Un véhicule qui fonce dans la foule pour disperser, on ne s’attendait pas à cette cruauté. »

Des manifestants ont été arrêtés, tabassés, comme le raconte Ayoub, un activiste : « J’ai vu la manière dont ils ont arrêté un manifestant. Ils l’ont matraqué, ils l’ont frappé, ils l’ont emmené dans la voiture de police. Ils étaient vraiment très violents. A la place de répondre aux revendications des manifestants, ils répondent par la répression, par la violence. »

La préfecture d'Al Hoceima a dénombré 72 blessés, dont deux graves dans les rangs des forces de l'ordre. Côté manifestants, le bilan officiel fait état de 11 blessés. Un manifestant de 16 ans aurait été gravement blessé et serait actuellement à l'hôpital de Rabat. De nombreuses personnes et notamment Hamid el-Mahdaoui, le directeur d'un site d'information local ont été placés en détention provisoire, portant le nombre d'arrestations à 176 depuis le début du mouvement. La connexion internet a été largement ralentie jeudi, par moments interrompue, et le réseau téléphonique a été perturbé dans toute la ville. « Ils veulent matraquer en silence, s'indigne Ayoub, mais c'est peine perdue. Nous restons mobilisés. »

Marche pour la libération des tous les détenus, à Al Hoceïma, le jeudi 20 juillet 2017. © REUTERS/Youssef Boudlal

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.