Republier
Gabon

Report des législatives au Gabon: l'Union nationale s'insurge

Vue aérienne de Libreville (Photo d'illustration)
© Liewig christian/Corbis/Getty

Au Gabon, l’Union nationale, un des principaux partis de l’opposition a dénoncé samedi 22 juillet la décision de la Cour constitutionnelle de repousser à avril 2018 les élections législatives initialement prévues en fin décembre 2016. Pour ce parti, la Cour constitutionnelle a prolongé illégalement le mandat des députés en violation flagrante de la Constitution. Le «cas de force majeure», relatif à la volonté du pouvoir de transformer en lois les recommandations du dernier dialogue politique organisé entre mars et mai dernier, n’est pas valable.

« On ne peut prolonger son mandat que s'il y a une circonstance grave », explique à RFI Raphaël Badenga Lendoye, Vice Président de l’Union nationale. Une circonstance exceptionnelle, c'est à dire « un cas de force majeure. Or la Cour constitutionnelle fait du cas de force majeure une interprétation tellement large que cela ne devient plus un cas de force majeure tel qu'on le reconnaît en droit général ».

Nous ne pouvons pas nous soumettre à cela, les règles établies doivent s'appliquer à tout le monde de la même façon

Raphaël Badenga Lendoye: les mandats des députés ou des institutions sont fixés par la Constitution et pas dans le cadre d'un dialogue politique
23-07-2017 - Par Yves-Laurent Goma

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.