Présidentielle au Kenya: débat télévisé en solitaire pour l’opposant Odinga

Le leader de l'opposition Raila Odinga, candidat de la coalition d'opposition NASA, lors du débat télévisé boudé par le président sortant Uhuru Kenyatta, candidat à sa réélection, à Nairobi, le 24 juillet 2017.
© REUTERS/Thomas Mukoya

Au Kenya, le président kényan Uhuru Kenyatta, candidat à sa réélection lors du scrutin du 8 août, a finalement décidé de ne pas participer au débat télévisé de ce lundi 24 juillet. Les deux principaux candidats – le président Uhuru Kenyatta et son principal rival, Raila Odinga, porte-drapeau de la coalition d’opposition NASA - ont laissé planer le doute sur leur venue, jusqu’à la dernière minute. Ils avaient tous deux critiqué les modalités d’organisation du débat. Finalement, le président Uhuru Kenyatta a boudé l’exercice, laissant son principal opposant répondre seul aux journalistes pendant 90 minutes.

Portant costume et cravate bleue, c’est un Raila Odinga hésitant, parfois confus, qui a défendu son programme axé sur des mesures sociales et critiqué le bilan du gouvernement sortant. L’opposant, qui se présente pour la quatrième fois, affirme représenter le changement.

« Le coût de la vie a fortement augmenté, tandis que le salaire moyen a seulement augmenté de 12% et les Kényans le ressentent. Le problème, c’est le chômage. Le problème, c’est la corruption qui affecte notre économie. Je me présente du fait de mon engagement à changer ce pays », a-t-il souligné.

Raila Odinga a également réaffirmé sa volonté de retirer de Somalie les troupes kényanes au sein de l’Amisom et assuré les Kényans de sa volonté d’accepter les résultats de l’élection, sous conditions.

« On me demande tout le temps si je vais accepter les résultats. Nous accepterons des résultats crédibles et transparents. S’ils sont crédibles et transparents, nous les accepterons », a-t-il précisé.

En 2007, Raila Odinga avait contesté la victoire de Mwai Kibaki et le conflit qui a suivi a fait plus de 1 000 morts. En 2013, il s’en était remis à la Cour Suprême qui avait finalement confirmé la victoire d’Uhuru Kenyatta.

L’actuel président, absent du débat de ce lundi, s’était adressé au Kényans dimanche matin, lors d’un live sur Facebook, répondant à des questions choisies, ce qui a suscité la colère de nombreux internautes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.