Sénégal: la Céna s’explique sur le retard de distribution des cartes d’identité

(Image d'illustration) Des Sénégalais devant un bureau de vote de Dakar, pour le second tour de la présidentielle, le 25 mars 2012.
© REUTERS/Finbarr O'Reilly

Au Sénégal, la tension grimpe à l'approche des législatives concernant le problème des cartes d'identité. Elles sont nécessaires pour pouvoir voter dimanche prochain, mais une bonne partie des Sénégalais ne l'ont toujours pas reçue. L'ancien président Abdoulaye Wade a appelé à un rassemblement mardi après-midi devant la préfecture de Dakar, pour que la distribution s'accélère. Et pour faire le point sur la polémique, la Commission électorale a tenu ce mardi une conférence de presse.

La conférence de presse a été houleuse au siège de la Commission électorale nationale autonome. Après une réunion avec le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, son président Doudou Ndir, s’est présenté comme le défenseur des électeurs : « Il y a des problèmes qui nous préoccupent. La Céna se faisant le porte-voix des électeurs ».

Reprenant des propos du ministre de l’Intérieur, Doudou Ndir a indiqué qu’il ne sera pas possible de fabriquer toutes les nouvelles cartes d’identité : « Il y a des difficultés, on l’a dit. On a dit que toutes les cartes ne pourront pas être éditées. Mais pratiquement 80 à 90% des cartes sont éditées ».

Le président de la Céna a également indiqué que deux tiers des cartes ont déjà été distribuées : « La moindre distribution des cartes, il s’agit de 70,5%, et je signale qu’il y a des poches quand même où le niveau de distribution est faible. Par contre, il y en a d’autres où le niveau de distribution a atteint même 90% ».

Macky Sall a donc saisi le Conseil constitutionnel pour permettre le vote ce dimanche avec les anciennes cartes d’identité ou encore le passeport. Une proposition rejetée notamment par le camp d’Abdoulaye Wade.