[Tendances] En Algérie, on se marie sur un trône

Dans le quartier de Medina Jedida à Oran, les familles se renseignent sur le coût de la location, qui peut varier de 280 à 480 euros environ.
© RFI/leïla Berrato

L’été est la saison des mariages. Avec les années, les fêtes algériennes se sont transformées, et deviennent luxueuses. La nouvelle tendance est la rafda : la mariée défile sur le trône, portée par des hommes en costume traditionnel.

De notre correspondante à Alger,

La musique fait danser les jeunes femmes en caftans dorés et robes à paillettes. Les percussions s’emballent, une porte s’ouvre, et Nahla entre. Vêtue d’un pantalon bouffant et d’un haut à manche courte, les cheveux relevés en chignon, elle est assise en tailleur sur une grande chaise dorée, recouverte d’un toit, portée par quatre hommes en tenue traditionnelle. Sur ce trône, elle traverse la salle. Les invitées abandonnent tasses de café et pâtisseries brillantes et s’approchent pour danser près d’elle. Les quatre porteurs jouent avec le public, en faisant descendre puis remonter le trône très haut dans les airs, ce qui fait rire Nahla qui manque de tomber. Sous les applaudissements, elle finit par quitter la salle, pour se changer à nouveau. Les quatre hommes qui la portaient sont en sueur, mais les invités sont ravis.

Tenue traditionnelle et porteurs

Cette tradition marocaine, appelée « rafda », est désormais courante dans les grands mariages algériens, malgré son coût élevé. Pour le louer, il faut compter entre 28 000 et 48 000 dinars (entre 280 et 480 euros), selon la prestation. Cela n’a pourtant pas effrayé Amir, le mari de Nahla : « J’ai voulu lui offrir pour qu’elle se sente comme une princesse », explique-t-il. L’une de ses proches avoue : « La mariée, volant dans les airs, portée par des hommes comme dans les films orientaux, ça a mis de l’ambiance dans la fête ! »

Dans les grandes villes du pays, le succès du trône ne se dément pas. A Oran, dans les vitrines du quartier de Medina Jedida à Oran, il s’affiche doré et scintillant. Mais il n’est pas le seul critère de choix. Une vendeuse explique : « Chez nous, la prestation de l’équipe de porteurs est d’excellente qualité. Ils ne regarderont pas les femmes invitées du mariage et s’en iront aussitôt la prestation terminée. Ces critères sont importants pour de nombreuses familles ». Les prix varient donc en fonction du type de tenue traditionnelle louée pour la mariée et de l’équipe de porteurs.

Le prix de la Rafda comprend la location d’une tenue traditionnelle pour la mariée. © RFI/Leïla Beratto

Mariages luxueux

« Il y a une dimension de prestige et de richesse qui se dégage de la présence de ce trône lors de la célébration, c’est ce qui fait son succès », estime la journaliste Faten Hayed. Car aujourd’hui, en Algérie, la mode est au « beau mariage ». Les familles sont prêtes à investir les économies de toute une vie pour l’union de leurs enfants. Les familles de Amir et Nahla ont dépensé au total 3,5 millions de dinars (environ 35 000 euros) pour leur mariage. « C’est beaucoup, mais toute la famille a donné de l’argent pour qu’on y parvienne », assure Amir. Le coût le plus important ? Celui de la nourriture. Les familles ont dépensé 400 000 dinars (environ 4 000 euros) pour les repas du jour de la cérémonie, mais aussi des jours précédents le mariage, et celui de la fête de fiançailles. « Tout ça est excessivement cher, mais c’est une manière de bien recevoir ses invités », estime une proche de la mariée.

Dans les rues d’Oran, Chafik, 24 ans, fait le tour des marchés à la recherche des derniers achats demandés par sa soeur aînée qui se marie à la fin de l’été. La location de la salle des fêtes dépasse les 300 000 dinars, et la mariée a prévu de changer six fois de robes. Des tenues, qu’elle a toutes achetées. La famille attend 400 invités. « Quand tu compares le salaire de nos familles, et l’argent que l’on dépense dans ces fêtes, c’est irréel. Mais ma soeur a toujours rêvé de faire un mariage de princesse, alors on va lui donner ».

Le tour du monde des Tendances

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.