Madagascar rend hommage au musicien Régis Gizavo récemment décédé

Regis Gizavo.
© © Peter Pakvis Redferns

A Madagascar, ce mercredi est une journée d’hommage à l'accordéoniste Régis Gizavo. Le musicien malgache âgé de 58 ans est décédé le 16 juillet pendant un concert en Corse. Lauréat du prix RFI Découvertes en 1990, Régis Gizavo avait collaboré notamment avec Christophe Maé. L'enfant du pays avait quitté la Grande Ile pour s'installer en France, il y a une petite trentaine d'années. Sa dépouille est arrivée ce mercredi à Antananarivo, la capitale.

Concerts d'adieu et recueillement se succèdent au pied du cercueil de Régis Gizavo. Famille, amis, artistes malgaches et admirateurs sont venus nombreux dire au revoir au maître de l'accordéon. Parmi eux, Newman et Rivo : « Pour moi, c’est une légende, c’est mon idole ». « Madagascar a perdu un grand artiste. Il y a beaucoup d’accordéonistes ici à Madagascar, mais le style de Régis, c’est une autre chose. Son accordéon c’est en diatonique, mais il exécute en chromatique. C’est exceptionnel ».

Un style bien particulier qui l'avait mené à collaborer avec les plus grands artistes et à porter haut les couleurs de la Grande Ile sur la scène internationale. Mamy Gotso, musicien malgache et ami de Régis Gizavo, se souvient de la première fois qu'il a entendu le son de l'accordéon du virtuose malgache : « Quand j’étais petit - j’avais cinq ans - je me souviens ce jour-là où on a entendu la chanson de Régis à la radio et mon père a dit : ‘Ecoutez ça… Les enfants, écoutez ça. Ca c’est de la bonne musique’. Rien que sa manière de composer en malgache, ’était déjà énorme. Il n’était pas seulement un artiste malgache, ni un musicien malgache, ni un musicien international. Régis est un patrimoine international ».

L'hommage à Régis Gizavo continuera demain dans sa ville natale du sud de la Grande Ile, Tulear. Lieu où il sera inhumé samedi.

Là où il a vraiment réussi, c’est qu’il a réussi à travailler tout seul. Il joue de l’accordéon comme trois personnes, la basse, la mélodie et toutes les mélopées qu’on peut faire avec un accordéon. On a perdu un grand monsieur humaniste.
Un au revoir en musique pour le virtuose malgache de l'accordéon
27-07-2017 - Par Laetitia Bezain

→(Re)lire: Régis Gizavo, l’homme qui faisait aimer l’accordéon

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.