Législatives au Sénégal: un rassemblement d'Abdoulaye Wade dispersé

Repoussé par les forces de l'ordre qui ont lancé des lacrymogènes, le véhicule de l'ex Président Abdoulaye wade quitte le quartier de La Medina, le 25 juillet 2017.
© RFI/Guillaume Thibault

Les tensions politiques sont vives alors que se tiennent ce dimanche les élections législatives. L’opposition reproche au président Macky Sall la mauvaise organisation du scrutin et notamment le retard dans la distribution des nouvelles cartes d’identité qui permettent de voter. Mardi 25 juillet, l’ex-président Abdoulaye Wade a tenté d’organiser au centre-ville de Dakar. Un rassemblement interdit par les autorités et dispersé à coup de lacrymogènes par les forces de l’ordre.

A 91 ans, Abdoulaye Wade n’a rien perdu de sa verve, de sa combativité. Mais les lacrymogènes ont eu raison de sa tentative de manifester devant le ministère de l’Intérieur. De retour dans la villa qu’il occupe, l’ex-Président reprend son sport favori : critiquer le président Macky Sall.

Nous allons triompher. Il n’y a rien en face, ni Macky, ni électeurs, ni rien. Sauf des forces de l’ordre qui obéissent. Pour l’instant.
Abdoulaye Wade, l'opposant toujours en verve
26-07-2017 - Par Guillaume Thibault

Du côté du pouvoir, Amadou Ba, le ministre des Finances et candidat à la députation dans la capitale, reconnait les problèmes de distribution des cartes. Mais il condamne aussi tous ceux qui perturbent de façon violente la campagne électorale.

Pour les besoins d’un combat électoral, je pense qu’on doit éviter de faire de la provocation inutile. Je pense que c’est une attitude tout à fait condamnable et qui est tout à fait contraire aux intérêts du Sénégal, qu’il faut bannir.
Amadou Ba
26-07-2017 - Par Guillaume Thibault