Madagascar: hommage à l’accordéoniste Régis Gizavo dans sa demeure familiale

L'accordéoniste Regis Gizavo, lors d'un concert au festival Rio Loco à Toulouse, le 17 juin 2017.
© REMY GABALDA / AFP

Les funérailles du musicien malgache Régis Gizavo ont eu lieu ce samedi 29 juillet à Tuléar, dans le sud de Madagascar, ville natale du virtuose de l'accordéon. La veille, sa famille, ses amis et des personnalités locales sont venus lui rendre hommage dans la demeure familiale des Gizavo. Hommages, recueillements, mais aussi souvenirs des premiers pas du musicien. Retour sur les débuts en musique de l'enfant de Tuléar.

C'est dans une maison du quartier Mahavatse avec l'accordéon diatonique de son père instituteur que tout commence pour Régis Gizavo. « Il n’avait que 4 ans et il jouait avec cet accordéon. Et ce qui était quand même remarquable chez Régis, c’est qu’il arrivait toujours à reproduire les morceaux que ce soit de la main gauche ou de la main droite », raconte son frère aîné, Godard Gizavo.

A cette époque, la musique de l'autre côté du canal du Mozambique inspire les deux frères. « C’était la radio Mozambique de Lourenço Marques. On essayait d’imiter les morceaux qui passaient en croyant que c’était une seule personne qui jouait alors qu’en fait, c’était quatre rangées d’accordéonistes qui jouaient en même temps, raconte amusé son grand frère. Nous ici, on essayait de reproduire chacun son tour et c’était très éprouvant à la longue. »

Très vite, les Tuléarois tombent sous le charme des mélodies du jeune musicien, explique Astina Gizavo, son autre frère : « C’est dans cette salle qu’on jouait à chaque fois. Après la classe, on était là et on jouait. Il y avait des gens dehors, quand on jouait des morceaux de musique, ils savaient tous que c’est Régis qui jouait et si je jouais aussi, ils savaient que c’est moi qui jouais. Il jouait bien mieux que moi… »

Du salon de ses parents, Régis Gizavo finira par faire vibrer les plus grandes salles de spectacles à l'étranger, collaborant tour à tour avec Cesaria Evora, Christophe Mae ou encore I Muvrini.

Sept heure du matin, les chants funéraires résonnent dans le quartier de Mahavatse. Un cortège d'une centaine de personnes accompagne le cercueil de Régis Gizavo dans l'Eglise catholique, notamment des artistes tuléarois avec qui le musicien a fait ses débuts sur scène...

Reportage à Tuléar
29-07-2017 - Par Laetitia Bezain

 

→(Re)lire: Régis Gizavo, l’homme qui faisait aimer l’accordéon

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.