Republier
RDC Justice

RDC: quinze fauteurs de troubles présumés de Kinshasa présentés par la police

(Photo d'illustration) Les présumés fauteurs de troubles auraient attaqué la prison de Makala à Kinshasa, en mai dernier.
© AFP PHOTO / JUNIOR D. KANNAH

Les présumés fauteurs de troubles de ces derniers mois à Kinshasa ont été présentés au commissariat général de la police, vendredi 28 juillet. Tout le périmètre du palais du Peuple était quadrillé et placé sous haute protection. Policiers et militaires, doigt sur la gâchette, ont filtré les passages.

Ce vendredi 28 juillet, en milieu d’après-midi, un minibus immatriculé présidence de la République arrive sous bonne escorte au commissariat général de la police. Les passagers prennent aussitôt place sur des chaises en plastique rangées face à la tribune. Ils sont quinze, avec parmi eux une femme.

« C’est cette bande qui a créé l’insécurité dans la ville de Kinshasa », déclare le porte-parole de la police à l’endroit de l’assistance. S’ensuit alors un véritable acte d’accusation. Le colonel Mwanamputu énumère un à un les griefs retenus contre chacun des suspects. Avec beaucoup d’emphase, il affirme que les quinze personnes sont auteurs ou coauteurs de toutes les agressions, à commencer par l’attaque de la prison centrale de Makala au mois de mai, jusqu’à l’assassinat de l’administratrice du marché central il y a quelques jours.

Des politiciens auraient instrumentalisé la bande, à en croire le porte-parole de la police, pour qui la majorité des suspects appartiennent à l’UDPS. Des primes de 2 000, 3 000 et 10 000 dollars sont aussi offertes à quiconque permettrait l’arrestation de près d’une dizaine d’autres suspects en cavale. Pour le colonel Mwananmputu, il s’agit d’une branche de la nébuleuse Kamuina Nsapu à Kinshasa et qui n’a rien à avoir avec la famille du grand chef Kamuina Nsapu à Dibaya.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.