Nigeria: la dernière attaque de Boko Haram prouve qu’il est «loin d’être vaincu»

Le groupe islamiste Boko Haram mène des attaques au nord-est du Nigeria et au Tchad sur la région du Lac Tchad, les 30 et 31 janvier 2016.
© Google Maps

Au Nigeria, le bilan de la dernière attaque de Boko Haram est à nouveau revu à la hausse. Au moins 69 personnes ont trouvé la mort mardi dernier dans l'attaque d'un convoi de prospection pétrolière sur la route entre le lac Tchad et Maiduguri, dans le nord-est du pays. Cette attaque a été menée par le groupe jihadiste qui a diffusé pendant le week-end une vidéo montrant trois otages, membres de la mission pétrolière, prouvant ainsi que le groupe jihadiste est toujours debout.

Selon plusieurs sources, le bilan provisoire serait d'au moins 69 morts dont 19 soldats, 33 membres de milices civiles et 17 civils.  Joint par RFI, le chercheur nigérian Cheta Nwanze, considère que cette nouvelle attaque prouve que le groupe Boko Haram est loin d’être battu.

« L’affirmation selon laquelle Boko Haram serait pratiquement vaincu n’a pas de sens. Les islamistes sont toujours présents. Ils ont seulement changé leur stratégie. S’établir sur un territoire ne leur est pas profitable et ce n’était d’ailleurs pas leur stratégie initiale. A partir du premier trimestre de l’année 2015, ils ont été chassés des territoires qu’ils occupaient. Il m’apparaît clair que, à cause de l’acharnement du gouvernement fédéral, les personnes qui réalisent des prospections pétrolières dans l’Etat de Borno seront plus exposées au danger dans cette région. Une large partie de l’Etat de Borno est hors de contrôle », a-t-il affirmé.

Les circonstances de l’embuscade n’ont pas encore été éclaircies. Le convoi, d’une dizaine de véhicules, revenait d’une mission d’exploration pétrolière d’un mois, dans la région du lac Tchad. A bord, se trouvaient des chercheurs de l’université de Maiduguri.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.