Le Congo-Brazzaville dans l’attente des résultats des législatives

Les résultats du second tour ne seront connus que dans quelques jours, dans ce pays pétrolier de 4,5 millions d'habitants.
© Veronique DURRUTY / Getty Images

Les électeurs congolais ont bouclé dimanche les législatives à l'occasion du second tour marqué notamment par des fraudes et des incidents. Deux jours après le scrutin ils restent suspendus à l'attente des résultats qui vont, sans nul doute, conforter l'hégémonie du Parti congolais du travail (PCT) du président Denis Sassou-Nguesso assuré d'obtenir la majorité absolue dans la future Assemblée nationale.

Sur les réseaux sociaux certains proches des candidats publient à tout va les tendances sorties des urnes. « Ce sont plutôt les résultats publiés par le ministère de l'Intérieur qui comptent », peut-on entendre dans certains milieux.

Les résultats des législatives vont conforter la mainmise et l'hégémonie du Parti congolais du travail (PCT) au pouvoir.

« A cette hégémonie, il faut ajouter un peu de boulimie du PCT qui ne veut parfois pas céder un peu de places à ses propres alliés », analyse un expert en faisant allusion à la circonscription de Bétou dans la Likouala au nord où un candidat d'un parti allié, - le Club 2002 PUR (Parti pour l'unité et la République) en l'occurrence - aurait jeté l'éponge à son corps défendant alors qu'il était en ballottage face à un autre du PCT.

Par ailleurs, s'il y a une formation de la majorité qui sort laminée de ces législatives, c'est le Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral. Le MCDDI n'a obtenu aucun siège. Son actuel dirigeant, le ministre du Commerce Euloge Landry Kolélas, a été battu dès le premier tour, tandis que son frère, le dissident Guy-Brice Parfait Kolélas, compte déjà sept élus, tous des indépendants investis par son nouveau parti l'Union des démocrates et humanistes (UDH-Yuki).

Le bilan est très négatif. Dans l'histoire du pays, je pense qu'il s'agit là des élections les plus malhonnêtes...
L'OCDH, l'observatoire congolais des droits de l'homme, dresse un bilan très sombre de la séquence électorale. Témoignage de Trésor Nzila, directeur de l'OCDH.
01-08-2017 - Par Florence Morice

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.