Republier
ONU RDC

Une délégation de l'ONU en RDC pour décider de l'avenir de la Monusco

La Monusco à Tshimbulu, dans le Kasaï central, pour promouvoir le dialogue (image d'archives).
© MONUSCO/Biliaminou Alao

Menée par le Mauritanien El Ghassim Wane, sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, une délégation de l'ONU composée d'une vingtaine de personnes - des civils et des militaires - va multiplier les rencontres jusqu'au 7 août pour redéfinir les contours de la Monusco, qui a vu son budget réduit de 8%. Une revue stratégique aux allures de véritable mission marathon.

Cette mission est d’abord diplomatique. Il s'agit d'écouter le « partenaire congolais » et de faire passer des messages. A savoir : point de salut sans une bonne mise en œuvre de l'accord politique du 31 décembre et la tenue des élections. El Ghassim Wane l'a d'ailleurs dit mardi à la presse à l'issue d'une rencontre avec les autorités congolaises.

L'application de l'accord de la Saint-Sylvestre reste aussi l'une des conditions posées par le Conseil de sécurité avant d'envisager une stratégie de sortie pour la Monusco. Une perspective qui semble s'éloigner au vu de la crise politique et économique.

Mais la délégation actuellement en RDC est surtout une mission technique. Selon la résolution de l'ONU renouvelant le mandat de la Monusco, elle doit vérifier si « toutes les tâches prescrites, les priorités et les ressources sont toujours pertinentes ». Pour cela, la délégation rencontre tout type d'interlocuteurs, onusiens, congolais, civils ou militaires. Une mission marathon.

Et cela va se terminer par des coupes sèches. Inévitables, selon plusieurs hauts responsables onusiens, dans un contexte de réduction de budget. Déterminer où couper et comment reste l'enjeu, quand la fermeture de cinq bases à l'est fait déjà grincer des dents et que trois nouveaux fronts, dont le Kasaï, se sont ouverts ces 12 derniers mois.

Mais la Monusco fait déjà face à cette réalité : il y a moins de casques bleus, qui doivent se rendre plus mobiles et surtout se montrer plus efficaces. Le secrétaire général est censé remettre au Conseil de sécurité ses recommandations d'ici au 30 septembre.

Mission impossible ?

Les performances de la mission onusienne sont souvent critiquées à New York comme au Congo. Notamment en ce qui concerne la protection des civils. Trop de massacres à proximité de bases de l'ONU sans intervention adéquate. Pourtant, certains présentent cette réduction de budget et donc d'effectifs comme une opportunité.

Un mal pour un bien, ce serait de compenser cette perte d'effectifs, surtout militaires, par l'envoi de nouveaux moyens de « projection », de transports supplémentaires, et le remplacement de certains contingents de casques bleus, si possible, des forces spéciales.

Car l'un des problèmes soulevés par plusieurs sources au sein de la Monusco, comme à New York, c'est que certains contingents ne sont pas formés aux terrains sur lesquels ils sont censés intervenir et que certains pays contributeurs de troupes gardent la main sur leur contingent, allant jusqu'à donner des instructions contraires à l'Etat-major de la force onusienne.

Mais la principale entrave à l'efficacité de la mission resterait les divisions au sein du Conseil de sécurité. Les Etats comme les Etats-Unis, la Grande Bretagne et la France souhaiteraient que la Monusco fasse plus pour protéger les civils, sans pour autant fournir les casques bleus nécessaires.

Et d'autres comme la Russie et la Chine estiment le plus souvent que le respect de la souveraineté est supérieur à tout autre aspect du mandat de la Monusco. Or depuis plus d'un an, selon l'ONU, la majorité des violations des droits de l'homme commises sont le fait d'agents de l'Etat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.