En Tanzanie, la FIDH s’inquiète du traitement réservé aux médias

Vue de Dar es Salaam, capitale de la Tanzanie.
© Muhammad Mahdi Karim/Wikimedia Commons

La FIDH, la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme, dénonce le traitement fait aux journalistes et aux réseaux sociaux en Tanzanie. Une alerte qui intervient dans un contexte tendu à quelques jours de l’ouverture du procès de «Jamii Medias» le 7 août. «Jamii Medias» est un forum utilisé par près de 2,4 millions d’utilisateurs en Tanzanie et qui permet de s’exprimer librement et anonymement. Maxence Mélo, son fondateur, est dans le viseur des autorités, pour n'avoir pas donné les adresses IP d'utilisateurs ayant critiqué le régime. Un procès symptomatique du traitement de la presse en Tanzanie pour Tchérina Jérolon, la responsable Afrique de la FIDH.

On a observé que les médias font face à une véritable guerre menée par les autorités tanzaniennes.
Tchérina Jérolon, responsable Afrique de la FIDH
02-08-2017 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.