Election présidentielle au Kenya: l'avertissement de la FIDH

Bulletins de vote pour l'élection présidentielle du 8 août 2017.
© REUTERS/Baz Ratner

Dans moins d'une semaine, les Kenyans ont rendez-vous aux urnes pour les élections générales. A cette occasion, la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) a publié un rapport sur l'ensemble des réformes post-violences électorales de 2007-2008. Un millier de personnes sont alors mortes, la moitié environ ont été tuées par les forces de police. 

Les réformes annoncées devaient permettre de mieux contrôler le domaine de la justice et le domaine de la sécurité mais pour Tchérina Jérolon, responsable adjointe du bureau Afrique de la FIDH, elles sont loin d'être abouties.

Très peu d’actions ont été menées au niveau national pour que les présumés responsables soient poursuivis… des initiatives ont été prises mais par des organisations de la société civile pour porter un certain nombre de dossiers devant la justice kenyane… mais pour ce qui concerne la sécurité ou les dossiers considérés comme sensibles par les autorités, l’impunité continue de prévaloir… les principaux responsables des crimes commis en 2007-2008 à la suite des élections jouissent encore aujourd’hui d’une impunité totale

Les autorités doivent envoyer des messages pour apaiser les tensions et s'assurer de la crédibilité du scrutin
03-08-2017 - Par RFI

Le rapport de la FIDH sur les violences électorales à lire ici (en anglais)

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.