Présidentielle au Rwanda : à Bruxelles, on vote pour la stabilité

Dans le bureau de vote de la Maison du Rwanda, à Bruxelles, ce jeudi 3 août 2017 pour l'élection présidentielle.
© RFI / Laxmi Lota

A Bruxelles aussi, les Rwandais de la diaspora se sont pressés dans les isoloirs pour départager les trois candidats à l’élection présidentielle. Dès ce jeudi matin, des dizaines d'expatriés se sont rendus aux urnes, avec pour la plupart un choix déjà bien arrêté.

Avec notre correspondante à Bruxelles,Laxmi Lota

Avant de pouvoir voter, il faut passer par les contrôles de sécurité à l'entrée de la Maison du Rwanda, au sein de l'ambassade du Rwanda à Bruxelles. Depuis ce jeudi matin, les Rwandais arrivent peu à peu. Ils sont 4 500 inscrits sur la liste électorale à Bruxelles, sur les 44 000 électeurs de la diaspora à travers le monde.

« Trois personnes c’est assez »

Ils doivent choisir entre trois candidats : le président sortant Paul Kagame, qui brigue un troisième mandat, Franck Habineza, président du Parti démocratique vert, et Philippe Mpayimana, indépendant. Un nombre suffisant, selon plusieurs électeurs rencontrés. « On ne peut pas prendre un million de personnes pour être candidats. Trois personnes c’est assez », glisse l’un d’eux avant de se diriger vers l’isoloir. « Bon, il y en avait trois. Cela suffit comme ça. Enfin, je ne sais pas, peut-être qu’il n’y avait pas assez de volontaires », avance une électrice après avoir glissé son bulletin dans l’urne.

La communauté internationale a critiqué la réforme constitutionnelle qui a permis au président sortant, Paul Kagame, de briguer un troisième mandat. Emmanuel, en Belgique depuis plus de dix ans, préfère, lui, se baser sur le bilan du candidat : « Au lieu de critiquer, allez sur le terrain, essayez de regarder ce qu’il se passe. Pour le moment, qui vaut mieux que lui ? Si demain il y a quelqu’un… Moi-même, je ne souhaite pas qu’il reste éternellement. Mais de toute façon, c’est une personne comme vous et moi, il va mourir un jour ! »

La question économique

Et dans ce bureau de vote de la Maison du Rwanda à Bruxelles, les électeurs saluent la paix qui règne dans leur pays. Pour eux, l'enjeu de cette présidentielle est plutôt d’ordre économique. « L’enseignement ça va. Question sécurité, ça va. Peut-être que ce qui va un peu doucement, c’est le pouvoir d’achat de la population. Peut-être que, de ce côté-là, il faut encore une amélioration », avance l’une des expatriées. « Nous souhaitons que les gens trouvent du travail », ajoute un autre. Tous évoquent le génocide de 1994 et ont un désir : la poursuite de la stabilité.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.