A Madagascar, les taxis-brousse sont la cible des coupeurs de route

Un taxi brousse à Madagascar, Fianarantsoa, sur la nationale 7 (photo d'archives).
© Getty Images/ Marc Dozier

C’est un phénomène qui n'est pas nouveau mais qui a pris de l'ampleur ces dernières semaines. Les attaques envers les taxis-brousse se sont multipliées et ce malgré la présence de gendarmes à bord. L'un d'entre eux a d'ailleurs a été tué pendant un braquage. Des forces de l'ordre qui ont bien du mal à mettre la main sur ces voleurs. Exaspérés, les compagnies de taxis-brousse ont même menacé de faire grève. Seuls moyens de transport à la portée des porte-monnaie des Malgaches, les taxis-brousses sillonnent tous les jours la route nationale 7 qui mène dans le sud-ouest de la Grande Ile. Une route où les attaques sont de plus en plus courantes. Reportage à Tuléar.

7h30 à la gare de taxis-brousse du quartier Sans Fil, les employés s'activent à sangler les bagages sur les toits des véhicules. Les passagers patientent. 18 heures de voyage au mieux pour rejoindre la capitale à 900 km, beaucoup plus en cas de panne ou d'attaques. Depuis quelques semaines, on part tôt pour éviter les coupeurs de route la nuit.

Olivier, conducteur, parcourt deux fois par semaine la RN7 qui relie Tuléar à Antananarivo. « Ils barrent la route avec des pierres et des bouts de bois. Tu es obligé de t'arrêter et c'est là qu'ils t'attaquent. Ils ont des haches et des armes à feu. C'est toujours les chauffeurs qui sont attaqués en premier, ensuite les passagers. Ils fouillent tout le monde. Ils prennent l'argent d'abord, puis ils montent sur le toit du taxi-brousse pour fouiller les bagages. La dernière fois que je me suis fait attaquer c'était à Ambohimahasoa. Ils ont tiré dans les pneus du véhicule. On s'est enfui et on a laissé le taxi-brousse sur place. »

Fin juillet, deux passagers ont été blessés à la hache lors d'une attaque au niveau d'Ambalavao, à 500 km au sud d'Antananarivo, un district connu pour ces nombreux braquages de taxis-brousse.

« Les gens qui font ces bétises sont des gens des environs, raconte Abdou Soamadou Bin Morchid est le directeur de l'Agence des transports terrestres pour la région de Tuléar. Ils habitent aux alentours de la commune où ils font ces braquages. Donc on peut les capturer facilement. »

La recrudescence de ces attaques a poussé les autorités à renforcer les effectifs de gendarmes dans les zones sensibles, que ce soit au niveau des patrouilles à pied ou des escortes de convois.